Les lits de l’hôtel éphémère UNIQ sont conçus par l’entreprise québécoise bleu.eco.
Les lits de l’hôtel éphémère UNIQ sont conçus par l’entreprise québécoise bleu.eco.

Un village nomade en visite à Saint-Stanislas

Dix tentes haut de gamme en forme de lotus seront aménagées de manière temporaire dans le parc régional des Grandes-Rivières, à Saint-Stanislas, en bordure de la rivière Mistassibi, au Lac-Saint-Jean, du 24 juillet au 11 août. Ce sera la première sortie d’Hôtel UNIQ, une installation nomade qui entame une tournée de sites touristiques cet été.

« On est très contents d’être le premier site à pouvoir offrir cette primeur », souligne Dominique Gobeil, directeur général du parc régional des Grandes-Rivières, ajoutant que les événements éphémères sont très tendance en tourisme et en restauration.

« On a trouvé un super beau spot pour lancer nos activités en force au Lac-Saint-Jean », se réjouit pour sa part Solène April, qui a lancé l’entreprise Hôtel UNIQUE avec Myriam Corbeil, l’an dernier.

Le concept : offrir un hébergement touristique innovant ultraconfortable sans laisser de traces. Le nom UNIQ est d’ailleurs l’acronyme d’Unités nomades insolites québécoises.

Les tentes à louer, pour un montant de 130 $ par nuit, ont une dimension de 5 mètres de diamètre.

Les deux voyageuses aguerries, qui ont longtemps travaillé dans l’industrie hôtelière, ont décidé de lancer un hôtel nomade, mettant en vedette des tentes en forme de lotus.

Alors que l’idée initiale était d’offrir des tentes adaptées aux quatre saisons, le prototype a démontré que les installations seraient trop lourdes pour être déplacées. Il a donc été installé de manière permanente au parc régional de Portneuf, explique Solène April. « Ce modèle-là est devenu sédentaire », lance-t-elle à la blague.

« On voulait développer notre concept pour répondre au manque périodique d’hébergement au Québec, ajoute l’entrepreneure. Au départ, on voulait miser sur l’événementiel et on avait entamé des discussions avec plusieurs festivals, dont Le Festif ! [de Baie-Saint-Paul] et le Festival en chanson de Petite-Vallée. La pandémie nous a forcés à mettre ce volet sur la glace et c’est à ce moment que nous avons décidé de créer des villages temporaires de dix tentes en pleine nature. »

Pour choyer les clients les plus douillets, rien n’est laissé au hasard, avec l’objectif d’offrir le confort d’un hôtel... en camping. La tente de cinq mètres de diamètre est conçue pour accueillir deux personnes dans un lit ultraconfortable fabriqué au Québec par bleu.eco. Chauffée, la tente est aussi munie d’une cuisine et d’une douche solaire extérieure. Il faut payer 130 $ par nuit pour louer une telle tente et 30 $ supplémentaires pour un lit simple de plus. Les clients doivent simplement amener une glacière et leur vaisselle. On retrouve aussi une tente commune de 10 sur 16 mètres au centre du village.

Solène April et Myriam Corbeil, qui ont longtemps travaillé dans l’industrie hôtelière, proposent de séjourner dans un hôtel nomade, mettant en vedette des tentes en forme de lotus.

« On veut recréer l’esprit de village et offrir une expérience complète en proposant plusieurs activités », note Solène April.

Ainsi, des cours de yoga seront offerts, de même que des descentes en rafting, en partenariat avec H2O Aventure et Expédition, sur une des plus belles rivières d’eau vive en Amérique du Nord.

Selon Dominique Gobeil, l’installation permettra aux visiteurs de découvrir les produits touristiques du nord du Lac-Saint-Jean, dont les économusées d’Albanel et de Normandin, les microbrasseries et le centre d’escalade Haut Clocher de Saint-Stanislas. « On espère que l’intérêt des touristes ait des répercussions sur l’ensemble du territoire en cette année plutôt particulière. »

De plus, les visiteurs pourront profiter du sentier de 2,2 km sur les lieux ou encore découvrir les neuf autres secteurs du parc.

Alors que le modèle d’affaires initial concentrait les activités d’Hôtel UNIQ, la pandémie a forcé les entrepreneures à être créatives et à développer un nouveau produit, en pleine nature, lequel offre une seconde niche à la startup. « On ne s’attendait pas à recevoir autant d’intérêt », souligne Solène April.

Après le parc régional des Grandes-Rivières, l’Hôtel UNIQ se déplacera au parc régional du Lac Taureau (14 août au 3 septembre), aux Jardins de Métis (du 9 au 20 septembre) et à la Baie de Beauport (22 septembre au 12 octobre).

« On est très fières de se retrouver dans la même liste que ces attractions majeures », conclut Dominique Gobeil.