Les deux Mario feront le tour du lac Saint-Jean cet hiver, parcourant une distance de 200 km en 10 jours en autonomie complète. Ça sera un moyen d’inspirer les gens à réaliser leur propre défi à la maison.
Les deux Mario feront le tour du lac Saint-Jean cet hiver, parcourant une distance de 200 km en 10 jours en autonomie complète. Ça sera un moyen d’inspirer les gens à réaliser leur propre défi à la maison.

Un tour du lac et des défis «en boîte» pour le Double defi des deux Mario

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Pandémie oblige, le Double défi des deux Mario se fera à distance, cette année. Alors que Mario Cantin et Mario Bilodeau ont décidé de faire le tour du lac Saint-Jean en ski, parcourant 200 kilomètres en 10 jours du 5 au 14 février 2021, ils invitent les participants à se lancer un défi personnel tout en amassant des fonds pour les jeunes atteints du cancer.

« On ne peut pas amener du monde avec nous, alors on va partir ensemble pour faire le tour du lac », lance d’emblée Mario Bilodeau, le fondateur du Double défi des deux Mario. Cette année, le défi servira de point d’ancrage, et de modèle, pour inciter les gens à se lancer un défi personnel, renchérit Mario Cantin, vice-président ventes et distribution pour Banque Nationale assurances. « En ski, en raquette, à pied, on invite les gens à se lancer un défi physique à la hauteur de leurs capacités », dit-il.

Ce défi peut se faire de manière individuelle ou en groupe, sur une journée ou même pendant 10 jours, alors que les deux Mario parcourront le Piekouagami entre le 5 et le 14 février. Ces derniers suggèrent aux participants de tenter de repousser leurs limites, question de sortir de leur zone de confort.

« Un gros volet du Double défi, c’est le défi que chacun accomplit à l’intérieur de soi », remarque Mario Cantin. « Les gens peuvent voir ça comme une pratique avant de venir participer au Double défi en 2022 », ajoute Mario Bilodeau. Par exemple, un bon défi pourrait être de franchir 200 km en 10 jours, seul ou en équipe, donnent-ils en exemple.

Un défi en boîte

Dès qu’un participant s’inscrira au Double défi, il recevra un kit d’aventurier en boîte qui lui sera livré par la poste, un concept développé l’hiver dernier pour remplacer une expédition au Nunavik. La boîte inclura notamment des trucs d’entraînement, des capsules et des outils pour la préparation financière, « tout ce qu’il faut pour qu’ils puissent préparer et réussir leur défi », explique Mario Bilodeau.

Les deux Mario feront le tour du lac Saint-Jean cet hiver, parcourant une distance de 200 km en 10 jours en autonomie complète. Ça sera un moyen d’inspirer les gens à réaliser leur propre défi à la maison.

Chaque participant aura aussi la mission d’amasser 500 dollars dans le cadre de cet événement, qui sert de collecte de fonds pour les expéditions thérapeutiques réalisées par la fondation Sur la pointe des pieds.

Pour une première fois, plusieurs prix seront offerts aux participants, dont des traîneaux et un kit d’aventurier, sous la forme d’un tirage. Chaque tranche de 100 dollars en excédent qui sera amassé donnera un coupon de participation.

Rio Tinto sera partenaire du Double défi pour une quatrième année consécutive avec une aide financière de 25 000 dollars. Mais ce n’est qu’une partie du soutien apporté à l’événement, car Stéphane Larouche, directeur des opérations Énergie Électrique et Programme de stabilisation des berges du lac Saint-Jean, compte recruter 50 personnes au sein de son équipe pour accomplir le défi à la maison, ce qui permettrait d’amasser un autre 25 000 dollars.

« Rio Tinto veut faire une différence pour des jeunes qui ont été atteints d’un cancer et pour sensibiliser nos employés à la cause en leur permettant de vivre une expérience humaine unique et de s’impliquer sur le plan personnel, dit-il. Je suis heureux de participer à nouveau au défi pour permettre d’offrir des expériences inoubliables à ces jeunes, et ce, malgré la pandémie. »

Même si les participants ne pourront pas vivre l’expérience de dormir une nuit sur les glaces du lac Saint-Jean, Mario Cantin estime qu’il sera possible de rejoindre une autre clientèle, en mobilisant des gens qui n’étaient pas prêts pour une si grande aventure, mais qui souhaitent tout de même s’impliquer pour aider les jeunes.

La pandémie de COVID-19 amène son lot de difficultés. « C’est “tough” ce qu’on vit en ce moment, mais ce n’est rien par rapport à ce que les jeunes atteints du cancer doivent passer à travers », ajoute ce dernier.

Les aventures thérapeutiques leur permettent de développer de nouvelles aptitudes et de réaliser des choses qu’ils se croyaient incapables de faire auparavant. Ils deviennent alors plus résilients et mieux équipés pour faire face aux défis quotidiens, estime Mario Bilodeau. « Et c’est justement cette résilience dont nous aurons besoin pour passer à travers cette pandémie. On veut continuer à offrir des petits miracles aux jeunes et à leur famille et pour y arriver », dit-il, espérant qu’un maximum de participants s’inscrira au Double défi en boîte.

+

DES BESOINS ÉNORMES POUR LES JEUNES ATTEINTS DE CANCER

Depuis plus de 20 ans, la fondation Sur la pointe des pieds réalise des expéditions thérapeutiques pour aider les jeunes atteints du cancer à se dépasser. Pendant la pandémie, les expéditions sur le terrain ont été remplacées par des « défis en boîte » envoyés aux participants par la poste. L’équipe travaille d’arrache-pied pour développer un nouveau concept qui permettra d’accueillir des jeunes à l’été 2021, tout en respectant les mesures sanitaires.

« Les jeunes ont besoin de nous plus que jamais », soutient Jean-Charles Fortin, le directeur général de la fondation. D’emblée, les jeunes atteints du cancer vivent une détresse profonde, dit-il, et cette détresse est exacerbée lors d’une situation anxiogène comme on le vit en cette période de pandémie.

« C’est stressant quand tes traitements sont repoussés et que tu sais que le cancer continue de progresser, remarque Jean-Charles Fortin. Et pour ceux qui ont commencé les traitements, ils se retrouvent avec un système immunitaire affaibli pendant une pandémie, ce qui n’est pas plus encourageant. »

« On se devait d’adapter nos collectes de fonds pour continuer à offrir des aventures thérapeutiques », conclut-il, ajoutant que la formule par la poste n’impose aucune limite de participants.