Un sondage pour améliorer l’offre

(Annie-Claude Brisson) – Les quatre municipalités régionales de comté (MRC) du Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Ville de Saguenay s’unissent afin de tenter d’améliorer la couverture du réseau de téléphonie cellulaire et d’Internet haute vitesse sur le territoire de la région. Pour y arriver, l’implication de la population est primordiale. Pour l’occasion, un site Internet a été spécialement créé et sera en disponible jusqu’au 24 juin.

L’objectif de cette campagne créée avec le support de l’Agence interrégionale de développement des technologies de l’information et des communications (AIDE-TIC) est de connaître l’état des services actuellement offerts dans la région. Au terme de l’exercice, le sondage complété par la population permettra de mieux documenter la réelle couverture cellulaire au Saguenay-Lac-Saint-Jean. En ce moment, les cartographies du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) témoignent d’une couverture cellulaire régionale d’environ 99 %, ce qui est bien différent de la réalité.

Les citoyens sont invités à compléter un test de vitesse du service Internet au vitesseweb.ca. Selon André Newton, coordonnateur d’AIDE-TIC, l’exercice prend moins de 5 minutes. « Vous complétez le formulaire et réalisé deux petits tests. Le premier est complété lors de votre entrée sur le site Internet et le deuxième est complété vers 19 h puisque la vitesse est appelée à changer en fonction du nombre d’usagers », ajoute André Nepton.

La population du Saguenay-Lac-Saint-Jean est invitée à compléter un test de vitesse de leur service Internet au vitesseweb.ca. Le site sera en opération jusqu’au 24 juin.

L’objectif est fixé à 800 répondants, ce qui permettra d’ajouter un argument de plus au dossier qui est d’actualité depuis plusieurs années. « Au-delà du nombre de participants, ce qui nous importe, c’est la densité par zone problématique. C’est l’occasion pour les citoyens, autrement que de le signifier à un élu, de venir confirmer les manques de service », témoigne André Nepton. Les zones de villégiature sont également mesurées durant cette opération.

« Aujourd’hui, on est à faire une vérification complète du territoire. Le sondage permettra de voir dans quel secteur nous avons de la difficulté à avoir Internet et la téléphonie cellulaire. C’est important l’appel qu’on lance aux citoyens. La réussite du sondage appartient à l’ensemble des citoyens », explique André Paradis, préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est et maire de Saint-Henri-de-Taillon.

Force est d’admettre qu’il est impensable, de nos jours, de ne pas avoir accès décemment à l’une ou l’autre des technologies. « Inutile de se rappeler l’importance d’Internet haute vitesse et de la téléphonie cellulaire dans nos communautés et dans notre région. Le développement économique et le développement de nos municipalités passent par cela. Aujourd’hui, on ne demande plus s’il y a une école, on demande s’il y a Internet. C’est important également pour la sécurité. Si on veut sauver des gens, il nous faut Internet et la téléphonie cellulaire. Encore aujourd’hui, les élus sont solidaires afin de continuer le travail et s’assurer d’avoir un service adéquat », ajoute André Paradis.

Partenaires de ce projet, les quatre MRC et la Ville de Saguenay ont contribué en investissant chacune 2500 $. De son côté, AIDE-TIC, a fourni les 4000 $ nécessaires à l’élaboration de la plateforme Web permettant de sonder la population.

+

EN MANQUE DE SOLUTIONS POUR SAINTE-ÉLISABETH-DE-PROULX

(Meghann Dionne) – Les solutions pour offrir un service de téléphonie cellulaire dans le secteur de Sainte-Élisabeth-de-Proulx demeurent difficiles à trouver, malgré les efforts des élus municipaux et de l’Agence interrégionale de développement des technologies de l’information et des communications (AIDE-TIC). 

D’après le préfet de la MRC Maria-Chapdelaine, Luc Simard, l’installation d’une tour n’est pas possible pour des raisons techniques. 

« Je ne veux pas laisser de village orphelin, mais on nous dit qu’à cet endroit, c’est presque impossible d’implanter une tour là. On essaie de trouver d’autres options », assure-t-il. 

Luc Simard précise qu’une rencontre avec le comité de citoyens de ce village aura lieu au cours des prochaines semaines afin de brosser un meilleur portrait de la situation. 

Les citoyens de Notre-Dame-de-Lorette, Saint-Stanislas et Saint-Thomas-Didyme devraient quant à eux être les prochains dans le haut du Lac-Saint-Jean à avoir accès au réseau de communication. La téléphonie cellulaire est toujours déficiente dans ces secteurs. 

À Notre-Dame-de-Lorette, on procédera à l’installation d’un appareil dans le clocher de l’église qui permettra aux résidants du village d’obtenir un signal satellite. Les deux autres municipalités auront pour leur part une nouvelle tour de téléphonie cellulaire. Luc Simard interpelle maintenant les citoyens de son territoire afin qu’ils participent à l’étude d’AIDE-TIC. Leurs commentaires permettront selon lui de mieux cartographier les besoins de la région en matière de téléphonie cellulaire. 

« Souvent, on se bute à des données plus grossières qui disent que 99 % de la population est desservie, mais ce n’est pas vrai. Il reste des villages orphelins. Chez nous, on a des agents ruraux qui recueillent de l’information, mais ce ne sont pas des données scientifiques. Si on veut avoir du poids auprès du CRTC, on doit leur présenter des données concrètes », croit M. Simard.

Domaine-du-Roy

Dans la MRC du Domaine-du-Roy, la téléphonie cellulaire connaît des ratées dans plusieurs secteurs encore, dans les régions boisées, mais aussi urbaines. Le nord de La Doré, le secteur de villégiature de Saint-Prime, la zec La Lièvre près de Sainte-Hedwidge, Saint-André-du-Lac-Saint-Jean et Saint-François-de-Sales en sont des exemples. 

« Il est inconcevable de penser qu’en 2018, on ne soit pas capable d’assurer la sécurité des gens qui viennent ici en vacances, qui vont sur le lac pour pêcher ou encore qui font du cyclotourisme », déplore le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Lucien Boivin.