La motoneige joue un large rôle sur le tourisme.

Un sentier de motoneige au coeur des discussions

La Passerelle du 49e, ce sentier de quad et de motoneige qui traverse la MRC Maria-Chapdelaine, sera au cœur des discussions, le 14 avril, au centre touristique de Vauvert à Dolbeau-Mistassini. La Journée de la ruralité sera l’occasion de réunir toutes les parties impliquées par ce projet pour discuter du développement touristique et de la poursuite des travaux d’aménagement, entre autres sujets.

Cette activité annuelle accueille normalement entre 50 et 80 personnes issues du monde municipal. Cette année, tous ceux qui se sentent impliqués par ce projet touristique, les propriétaires d’entreprises et entrepreneurs par exemple, peuvent y participer. 

Les municipalités desservies par ce long sentier tentent à leur façon de tirer leur épingle du jeu, mais d’après Philippe Cordeau, conseiller en développement touristique à la MRC Maria-Chapdelaine, il serait préférable qu’elles mettent leurs efforts en commun.

« L’arrivée de la Passerelle amène du tourisme. C’est une sorte d’autoroute qui passe dans leur cour. Soudainement, ils ont pignon sur rue dans l’industrie touristique, ce qui soulève l’importance de se structurer », souligne Philippe Cordeau. 

Selon lui, plusieurs services doivent être mis en place, notamment en termes d’activités touristiques, d’hébergement, de restauration et de bar pour que la MRC soit compétitive par rapport à ce qui s’offre ailleurs en région et au Québec. 

Au cours de la journée, Dominique Gobeil, directeur général du parc régional des Grandes-Rivières, présentera le tracé du sentier, son flux de circulation et sa signalisation. M. Cordeau abordera quant à lui l’aspect touristique de la Passerelle du 49e. Il fera par ailleurs le tour des enjeux plus généraux du tourisme dans la MRC. 

Les participants pourront exprimer leur point de vue dans le cadre d’ateliers. « Les ateliers seront par secteur. Les gens du secteur du Géant par exemple, vont travailler ensemble pour déterminer les actions à poser à court et moyen terme pour améliorer leur offre », explique M. Cordeau.