L’école Antoine-de-St-Exupéry sera fermée jeudi, en raison d’un dégât d’eau.

Un robinet oublié cause des dommages

L’école Antoine-de-St-Exupéry à Chicoutimi sera fermée jeudi. Un important dégât d’eau a forcé la direction à prendre cette décision, puisque le matériel de sept classes a été endommagé. L’eau a ruisselé durant toute la nuit de mardi à mercredi, après qu’un robinet ait été laissé ouvert par accident. Les 180 élèves sont donc invités à rester à la maison où à se tourner vers le service de garde.

Des travaux de réfection des blocs sanitaires se déroulent actuellement à l’école. Les travaux ont cours lorsque les jeunes quittent l’établissement et l’eau est coupée en après-midi, afin que les travailleurs effectuent leur besogne. Mardi, l’eau a donc été interrompue dès 14 h et les travailleurs l’ont rétablie à 20 h. Le problème, c’est qu’un robinet situé au troisième étage de l’école primaire avait été ouvert durant que l’eau était coupée, ce qui fait en sorte que lorsqu’elle a été rétablie, le robinet s’est mis à couler sans que personne ne s’en rende compte.

« Lorsque les travailleurs ont quitté les lieux, ils n’ont évidemment pas fait le tour de tous les étages. L’eau a donc coulé toute la nuit et sur les trois étages. Heureusement, les dégâts sont limités, mais il faut tout de même procéder au séchage », a expliqué la conseillère aux communications de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Claudie Fortin. 

L’école sera donc fermée toute la journée de jeudi et la situation sera réévaluée au cours de la journée, afin de déterminer si les enfants pourront regagner leur salle de classe vendredi. Le service de garde sera toutefois ouvert jeudi, mais il sera situé au Centre des enfants du 522 rue Sainte-Anne de Chicoutimi. Le service sera ouvert de 7 h à 17 h 30, mais il n’y aura pas de transport scolaire. 

En soirée mercredi, des tests de qualité de l’air étaient réalisés et les résultats seront connus jeudi matin. Heureusement, l’eau ne s’est pas infiltrée dans les murs, mais les travailleurs ont tout de même dû ouvrir les plafonds pour s’en assurer et sécher le tout. 

« Étant donné qu’il y a la présence d’amiante dans le bâtiment (une situation connue et qui touche bien des établissements construits à cette époque), il y a des dispositions particulières à prendre pour le nettoyage », a expliqué Claudie Fortin. 

Mercredi en fin de journée, de gros séchoirs industriels étaient à l’œuvre. Si du matériel scolaire appartenant aux élèves a été endommagé, il sera remplacé par la commission scolaire. 

Un suivi sera fait au cours de la journée de jeudi, afin que les parents des 180 élèves sachent à quoi s’en tenir.