Un rituel bien au chaud

Un peu plus de deux milles ans après sa mort en croix, une cinquantaine de croyants se sont réunis à l’église de Saint-Jean-Vianney pour se remémorer les derniers jours de Jésus et son chemin de croix avant la fête de Pâques, la plus importante de la chrétienté.

Pour une 34e année, les paroissiens ont pu se recueillir lors du parcours des 14 moments forts de Jésus en direction du mont Golgotha. 

Johanne Thériault, agente de pastorale pour Saint-Ambroise, Bégin, Saint-Charles-de-Bourget et Shipshaw, rappelle que pour une deuxième année consécutive, le chemin de croix se déroule bien au chaud à l’intérieur, une formule qui semble plaire. Mme Thériault ajoute que les aléas printaniers, la circulation piétonnière en bordure de route et l’organisation nécessaire compliquaient l’organisation du rituel. « Il y a le fait que les gens profitaient des retrouvailles pour discuter entre eux. Je pense que le chemin de croix dans l’église est davantage propice au recueillement intérieur », explique Mme Thériault.

Comme le veut la tradition du chemin de croix de Shipshaw, les 14 stations ont été présentées par des figurants représentant des personnages bibliques. Après chaque station, les animateurs ont présenté une interprétation des gestes posés, le tout agrémenté de prières et de chants interprétés par la chorale de Saint-Ambroise.

Pour certains, le chemin de croix de Shipshaw est devenu une tradition depuis les débuts. C’est le cas pour Martin Boudreault, interprète de Ponce Pilate et son épouse, Pierrette Lavoie ( Marie-Madelaine ) qui n’ont jamais fait défection depuis les débuts il y a 34 ans. « Pour moi, c’est une question de croyance en la religion, mais aussi d’appartenance à notre religion. Ça nous donne de la fierté intérieure », explique M. Boudreault.