Un projet qui divise

La construction d'une minicentrale hydroélectrique sur le site historique de Val-Jalbert ne fait pas l'unanimité. La population de la région s'oppose à 53% au projet de la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean.
Le sondage Segma Recherche-Le Progrès-Dimanche contredit les chiffres avancés par le promoteur. Selon lui, la minicentrale de 16 mégawatts obtenait 77% d'appuis auprès de la population dans les MRC Domaine-du-Roy et Maria-Chapedelaine. Les taux d'appuis se situent plutôt à 40 et 42% respectivement. Sur le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, 39% des répondants sont d'accord et 8% n'expriment pas d'opinion.
«Les chiffres du promoteur, la Société de l'énergie communautaire du Lac-Saint-Jean, me surprenaient beaucoup. La chute de Val-Jalbert, c'est un symbole pour la région. En plus, au début des années 90, un projet semblable avait fait face à beaucoup d'opposition», explique Raynald Harvey, de la firme Segma Recherche.
Au cours des derniers jours, il a été démontré qu'Hydro-Québec doit gérer des surplus d'électricité, ce qui prouve que celle qui sera produite par Val-Jalbert n'est pas nécessaire. De plus, des groupes écologistes ont embarqué dans le débat.
«Je pense que les audiences du BAPE sont passées sous le radar. S'il y avait un référendum demain, le projet aurait de la misère à passer. Oui, les surplus iront à la communauté, mais la chute reste un symbole important pour les minces retombées qu'il y aura, avance M. Harvey, ajoutant au passage que la création d'emplois ne sera pas importante.
«Il n'y a clairement pas d'acceptabilité sociale.»
Le gouvernement du Québec a autorisé la construction de la minicentrale en décembre. Selon le sondage, les partisans du Parti québécois sont en désaccord à 53% avec la décision.
Lire le sondage dans la version papier du Progrès-Dimanche//