Le ministre de la Santé du Québec, Gaétan Barrette, a fait l’annonce d’un nouveau projet-pilote afin de créer un transport ambulancier aérien en collaboration avec Airmedic, vendredi matin, à l’aéroport de Saint-Hubert, au sud de Montréal.

Un projet-pilote avec Airmedic

Québec lance un projet-pilote sur le transport ambulancier aérien afin « d’évaluer la possibilité d’instaurer un service de transport aéromédical héliporté » dans le réseau public.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, en a fait l’annonce vendredi matin, à l’aéroport de Saint-Hubert, au sud de Montréal. Ce projet, qui durera 18 mois, se fera en partenariat avec l’entreprise Airmedic, fondée à Chicoutimi en 2000. Le ministre Barrette estime les coûts à 3 millions $.

Dans le cadre du projet, l’Hôpital du Sacré-Coeur, dans le nord de Montréal, recevra les patients de trois régions du Québec : Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, Lanaudière et Laurentides.

Bien que le Saguenay–Lac-Saint-Jean ne soit pas inclus dans ce projet-pilote, l’entreprise n’oublie pas ses racines. « On est très fiers de nos origines. Nos membres les plus fidèles proviennent de la région, explique la vice-présidente exécutive, Sophie Larochelle. L’entreprise a bien évolué depuis, toujours pour le mieux. C’est une énorme marque de confiance de la part du gouvernement. »

Le Centre hospitalier universitaire de Québec-Université Laval apportera aussi sa contribution. Entre autres, l’établissement gérera les demandes et fournira du personnel.

« Avant de procéder au déploiement d’un tel service, nous désirons nous assurer de sa pertinence et de son efficience dans le contexte québécois, par une évaluation des coûts générés par chaque transport, en regard des résultats et de son efficacité sur le plan clinique », a déclaré le ministre Barrette dans un communiqué.

À l’heure actuelle, le ministère dispose d’une flotte d’avions-ambulances, un service couvert pour les patients, mais élargir l’offre de services permettrait une plus grande complémentarité entre les différentes offres de transport d’urgence, selon Carl Guérard, vice-président aux opérations chez Airmedic.

« Entre zéro et 75 kilomètres, c’est vraiment un travail qui est fait pour les ambulances conventionnelles. Nous, l’annonce qu’on a faite aujourd’hui, c’est de dire : entre 75 et 275 kilomètres, c’est un travail qui est pertinent pour faire ça en hélicoptère », a-t-il expliqué en entrevue téléphonique.

« Au-delà de 275 kilomètres, c’est là que des avions du gouvernement deviennent pertinents pour faire les évacuations et les transports interétablissements. »

Fondée en mars 2000, à Chicoutimi, la compagnie Airmedic était la première dans son domaine dans la province. Elle offre un service de transport ambulancier aérien partout au Québec. La première base de la compagnie a été implantée à Chicoutimi, il y a un peu plus de 18 ans, par François Rivard. Inspirée d’un modèle suisse, Airmedic a des équipes basées un peu partout au Québec et est, depuis 2012, une compagnie privée. Elle offre son service de transport aérien à ses membres, 24 h sur 24 et sept jours sur sept. Elle emploie environ 150 personnes, et une dizaine d’embauches découleront du projet-pilote. avec la presse canadienne