Le conseiller municipal Jacques Cleary aimerait que l'ancienne école Saint-Joachim, à Chicoutimi, devienne un centre de planches à roulettes.

Un projet parc de planches à roulettes intérieur

L'ancienne école Saint-Joachim, située au coin Boily et des Oblats, à Chicoutimi, pourrait abriter un nouveau parc intérieur de planches à roulettes. Des infrastructures du genre existent déjà entre les murs de l'église Saint-Nom-de-Jésus de Rivière-du-Moulin, mais la Ville aimerait posséder son propre centre et ainsi éviter de payer un loyer ailleurs.
Saguenay est propriétaire de l'école Saint-Joachim, où se trouvent les locaux des scouts. Toutefois, d'importants investissements sont requis pour la mise aux normes du bâtiment.
Conseiller municipal responsable de ce secteur, Jacques Cleary est d'avis qu'il s'agit là d'une initiative structurante. Il précise qu'environ 600 000$ seront investis l'an prochain pour la refonte complète du parc Saint-Joachim, juste en face, et que l'aménagement de rampes de planches à roulettes cadrerait bien dans le projet. L'échevin ignore à combien pourraient s'élever les travaux. La toiture est à refaire et une annexe devra être construite.
«On fait faire une étude de faisabilité pour voir si c'est possible. On est en attente des chiffres. On sait qu'il y a des programmes de subvention pour la rénovation de bâtiments municipaux à la Fédération canadienne des municipalités (FCM). On a expliqué le projet à Jean-Yves Provencher, qui nous représente à la FCM, et on va faire venir une personne responsable du programme pour qu'elle puisse venir voir ça», a expliqué Jacques Cleary.
Selon lui, le parc intérieur de Rivière-du-Moulin est fréquenté par de nombreux jeunes, ce qui justifie la nécessité, pour la Ville, de détenir ses propres installations.
Zone portuaire
Le conseiller municipal responsable du centre-ville, Simon-Olivier Côté, veut lui aussi aménager un parc de planches à roulettes dans son secteur. Il s'agirait toutefois de structures extérieures aménagées sur le périmètre de la zone portuaire. Selon Jacques Cleary, il y a de la place et des fonds suffisants pour les deux projets, même si chacun nécessitera l'injection de deniers publics. Le conseiller Cleary aimerait que le projet de parc de planches à roulettes intérieur se réalise d'ici à 2017.