Chantale Bouchard, directrice adjointe, André Lavoie, enseignant, Marie-Claude Bussières, éducatrice en service de garde, et Marie-Pascale Boily, psychoéducatrice, composent le comité initial de revitalisation de la cour d’école.

Un projet de parc-école de 75 000$ pour la cour de l’école Jolivent de Chambord

La cour de l’école primaire Jolivent de Chambord devrait être transformée, au cours des prochains mois, en parc-école communautaire. Le comité à l’origine du projet, dont le coût s’élève à 75 000 $, a maintenant besoin de l’implication des parents, de citoyens bénévoles en plus d’obtenir la contribution d’entreprises du milieu afin d’amener le projet de revitalisation plus loin.

Le projet sera, en partie, financé par des sommes provenant de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets et du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur en fonction des appuis financiers et des dons amassés par l’équipe de l’école Jolivent.

La cour d’école complètement asphaltée et bien peu aménagée devrait laisser place à un espace qui répond davantage aux besoins des élèves des classes allant de la maternelle 4 ans à la quatrième année. Le projet de revitalisation s’inspire de ce qui a été réalisé dans d’autres écoles tout en tenant compte des limites de l’école Jolivent.

Un sondage réalisé auprès des quelque 130 jeunes fréquentant l’école primaire a permis de cibler les besoins et envies. « On a demandé aux jeunes quelle serait leur cour de rêve, tout en sachant qu’on ne pourrait répondre à toutes les demandes. Ça nous a permis de faire ressortir les besoins des enfants. Ils ont demandé des balançoires, beaucoup plus de structures et de nouveaux jeux », mentionne l’éducatrice en service de garde, Marie-Claude Bussières.

Le projet final devrait, entre autres, comprendre un coin jardin, un espace dédié au soccer, une zone d’ombre ainsi qu’une classe extérieure. Un pavillon et du mobilier extérieur, dont des bancs et des tables de pique-nique, s’ajouteront au projet.

Effet positif

Le réaménagement de l’espace a, selon la psychoéducatrice, Marie-Pascale Boily, un effet positif sur les interactions entre les jeunes. Les zones définies permettent d’amoindrir les conflits lors des périodes de récréation. « C’est non seulement pour ceux qui veulent bouger, mais pour ceux qui veulent être calmes. Ce n’est pas vrai que tous les jeunes arrivent à la récréation et veulent se dépenser. Il y en a qui veulent être tranquilles, dans un coin, pour jaser et prendre l’air tout simplement. C’est de répondre aux besoins de chacun », ajoute Marie-Claude Bussières.

Pour toute la communauté

Même s’il est situé à l’intérieur des limites de l’école primaire de Chambord, le projet de parc-école en est un de communauté. Les jeunes qui bénéficient du service de garde profiteront des nouvelles installations alors que certains y sont jusqu’à 17 h 30. Des jeunes de la municipalité fréquentent également le site en dehors des heures de cours.

La directrice adjointe de l’école Jolivent, Chantale Bouchard, ajoute que les touristes pourront profiter des espaces revampés, notamment lors du Festival du Cowboy de Chambord. La zone verte devrait être réalisée dès ce printemps grâce à un financement de 3000 $ provenant de Desjardins. Les initiateurs du projet espèrent compléter le reste du projet cet été. Pour y parvenir, ils devront obtenir des engagements financiers provenant de la communauté.

Les parents d’élèves fréquentant l’école Jolivent et les citoyens de Chambord qui désirent s’impliquer dans le projet de parc-école sont invités à contacter la directrice adjointe, Chantale Bouchard via le bouchardch@cspaysbleuets.qc.ca ou au 418 275-4330. « C’est pour nos jeunes et c’est pour toute la communauté », conclut Chantale Bouchard.