Le coût du projet de sauvegarde de la chapelle Saint-Cyriac de Lac-Kénogami est évalué à près de 852 000 $.

Un projet de 852 000$ pour la chapelle Saint-Cyriac

Un peu plus de 90 personnes de Lac-Kénogami ont voté dimanche en faveur du projet de sauvegarde de près de 852 000 $ de la chapelle Saint-Cyriac qui permettra d’assurer la réfection du lieu de culte, d’en faire un centre culturel et d’aménager un parc patrimonial.

Au total, 95 personnes ont pris part à l’assemblée convoquée dimanche à 10 h 30 à l’édifice municipal de Lac-Kénogami par le Réseau des organismes de Lac-Kénogami (ROLK), qui pilote le projet de sauvegarde de la chapelle. Le lieu de culte, construit en 1902, appartient à la Fabrique Saint-Dominique et requiert d’importants travaux de réfection dans les prochaines années. 

Encore une fois, les résidants de Lac-Kénogami ont été nombreux à répondre à l’appel du comité. En mars, une centaine de personnes avaient également assisté à une assemblée. Le comité avait alors reçu le mandat d’élaborer un plan stratégique de développement de la chapelle.

« On est vraiment content, la mobilisation citoyenne est là. On n’est pas tout seul dans ce projet. C’est extraordinaire, car les gens y tiennent, à la chapelle », s’est réjouie Sylvie Brassard, présidente du ROLK, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

Le projet a reçu l’appui d’une forte majorité : 93 personnes ont voté en faveur du projet, tandis qu’une personne s’est abstenue et qu’une autre a voté contre le projet. Le vote a été réalisé à main levée.

Un projet en trois phases

Le plan stratégique a été présenté par la consultante en développement des communautés Isabel Brochu. L’architecte Luc Fortin a ensuite fait connaître l’estimation des coûts reliés au projet de sauvegarde, qui est divisé en trois phases.

Une première phase, dont les coûts sont estimés à 198 000 $, permettra de réaliser des travaux urgents et d’ajouter des toilettes à l’arrière de la chapelle. 

L’intérieur de la chapelle sera ensuite réaménagé, en respectant son cachet patrimonial, afin d’en faire un centre culturel qui fera de l’endroit un espace à la fois communautaire, culturel et touristique, tout en y préservant la pratique du culte. Le coût de cette deuxième phase est estimé à 247 500 $ et comprend l’aménagement d’un parc patrimonial mettant en valeur l’histoire du site.

La troisième phase prévoit la construction d’un pavillon de service accueillant des toilettes supplémentaires, où les équipements du centre pourront également être rangés. Les coûts de construction sont estimés à 406 400 $. Cette dernière phase serait cependant réalisée après cinq ans, selon les estimations du comité.

« L’assemblée s’est bien passée, les gens ont posé des questions à savoir si la chapelle allait demeurer un lieu de culte », a commenté Mme Brassard.

Au total, 95 personnes ont assisté à l’assemblée convoquée dimanche matin par le Réseau des organismes de Lac-Kénogami (ROLK) à l’édifice municipal du secteur sur le projet de sauvegarde de la chapelle Saint-Cyriac. Le projet a reçu l’appui d’une forte majorité.

 

Les membres du Réseau des organismes de Lac-Kénogami (ROLK) souhaitent amasser dans un premier temps 100 000 $ au sein de la communauté ainsi que 300 000 $ auprès de Saguenay ou de différents programmes gouvernementaux pour le projet de sauvegarde de la chapelle Saint-Cyriac de Lac-Kénogami.

Un concert-bénéfice mettant en vedette la pianiste Jacinthe Couture aura par ailleurs lieu le jeudi 3 mai à la salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, a annoncé l’organisation, dimanche.

L’organisme n’a pas fixé pour l’instant d’échéanciers en vue de la réalisation des trois phases du projet de sauvegarde. « La campagne de financement a déjà été lancée, et le début des travaux va dépendre de la progression de la campagne », a expliqué Sylvie Brassard, présidente du ROLK.

Une rencontre a d’ailleurs eu lieu la semaine dernière avec la mairesse Josée Néron et les directeurs de service de Saguenay afin de discuter du projet, rencontre que Mme Brassard a grandement appréciée. Le comité devrait recevoir un suivi de la part de Saguenay à la fin du mois de février.

Il a également été décidé à l’occasion de l’assemblée tenue dimanche que le ROLK confiera le dossier du projet de sauvegarde à un comité qui sera formé prochainement. Un plan d’action sera ensuite élaboré afin d’assurer la réalisation du projet.