Steeve Noreau, directeur du Centre québécois de formation aéronautique (à droite) est en compagnie de M. Gilbert Cusson, chef pilote chez Jazz Aviation.

Un programme pour trouver des instructeurs

Le transporteur aérien Jazz annonce une entente avec les écoles de pilotage du Canada pour favoriser l’embauche d’instructeurs.

En cette période où l’industrie vit une pénurie de pilotes, les écoles de pilotage en arrachent, car leurs instructeurs sont recrutés par les transporteurs et il y a moins de gens pour former les futurs pilotes. Un cercle vicieux en quelque sorte.

Selon l’entente, dont fait partie le Centre québécois de formation aéronautique du Cégep de Chicoutimi, Jazz étend son programme Passerelle par lequel le CQFA pouvait recommander certains de ses finissants pour l’embauche. Désormais, le CQFA pourra aller recruter un pilote instructeur et, après 18 mois de services, le recommander lui aussi pour l’embauche chez Jazz, une division d’Air Canada, pourvu qu’il satisfasse les exigences du transporteur. Un programme gagnant-gagnant selon le directeur du CQFA, Steeve Noreau.

« Avec ça, je peux aller chercher un pilote qui, autrement, n’a pas d’entrée chez Jazz, et lui proposer de devenir instructeur chez nous. La seule condition, c’est qu’il nous donne au moins 18 mois de services pour qu’on le recommande à Jazz. Pour un jeune pilote, ça vaut la peine d’investir dans un cours d’instructeur », explique M. Noreau.

Selon ce dernier, cela permettra à l’école du Cégep de Chicoutimi de recruter plus facilement des instructeurs pour combler des besoins pressants et à long terme, il se dit que certains d’entre eux finiront peut-être par opter finalement pour la carrière d’instructeur au CQFA sans aller chez Jazz. « Ils vont goûter à nos conditions de travail et au plaisir d’être chez soi tous les soirs. Si on en retient deux sur une dizaine, ce sera ça de pris », dit celui qui aura besoin de plus de cinq instructeurs à l’automne pour compléter ses horaires de travail.

La seule exigence du CQFA est que celui qui sera recruté comme instructeur soit l’un de ses finissants.

Entente améliorée

Dans un communiqué de presse, le vice-président Opérations aériennes de Jazz, Steve Linthwaite, affirme qu’il espère contribuer à endiguer la pénurie d’instructeurs au Canada.

« La Passerelle Jazz encourage les nouveaux pilotes à devenir instructeurs sans que cela nuise à leur possibilité de devenir pilotes de ligne. En raison de l’augmentation de la demande d’instructeurs de vol anglophones et francophones, l’expansion de ce programme visant l’inclusion d’institutions d’enseignement de renom telles que le CQFA nous aidera à continuer de bâtir un avenir solide et inclusif pour l’industrie aéronautique canadienne. »

Le programme La Passerelle Jazz a vu le jour en 2007 dans le but de créer un cheminement de carrière simplifié menant à la profession de pilote au Canada et le CQFA s’y était joint en août 2016.