Un prêt jamais remboursé de 39 400 $ au Bloc

La section Chicoutimi-Le Fjord a prêté 39 400 $ au Bloc québécois en vue des élections de 2015, montant qui n’a jamais été remboursé. À l’époque, le prêt a été octroyé en vue de créer un fonds pour les sections régionales moins fortunées.

Une entente stipulait que le prêt serait remboursé, en partie, grâce à un retour du gouvernement fédéral. Celui qui était l’agent financier en poste, à l’époque, Marc Larocque, assure qu’aucun remboursement n’a été fait. « J’ai toujours clamé haut et fort que nous aurions dû recevoir au moins 24 500 $. Ce qui correspond au remboursement du fédéral. Nous n’avons rien reçu », explique-t-il.

Par ailleurs, Élise Gauthier a réagi aux propos de Gilbert Paquette, du Bureau national du Bloc québécois, qui affirmait, dans l’édition de jeudi du Quotidien, que la section régionale devait 8000 $ au parti. Celui-ci accusait, à l’intérieur d’un communiqué de presse, la branche locale du Bloc québécois de mal gérer ses finances. 

Mme Gauthier confirme que 8000 $ doivent bel et bien être payés à la permanence. Toutefois, la somme avancée par Gilbert Paquette correspond au reste du paiement de la quote-part imposée par la permanence. 

Selon Élise Gauthier, la quote-part exigée découle d’une formule mathématique que peu de gens comprennent. Le montant réclamé annuellement pour la section de Chicoutimi-Le Fjord est d’environ 11 000 $. Cette somme serait est encore plus élevée pour les sections de Jonquière et du Lac-Saint-Jean puisque le nombre d’électeurs influence le calcul. 

Mme Gauthier tient à confirmer qu’un paiement de 2300 $ a été fait il y a deux semaines et rappelle que la date limite pour régler la note est le 31 décembre. « C’est l’argent des membres qui font des dons. Pour le moment, ils ne veulent pas donner. Moi aussi, je n’ai pas donné », raconte celle qui a bien l’intention de lancer une campagne de financement lorsque le parti retrouvera sa crédibilité et qu’il redeviendra une force pour le Québec. 

« C’est très clair. Les gens nous disent qu’ils ne veulent pas donner tant que la crise n’est pas réglée. Certains me disent même qu’ils ne donneront rien tant que Martine Ouellet sera présente », ajoute-t-elle. 

Quant aux relations avec le parti, Élise Gauthier ne modifie pas sa position. « Mme Ouellet et ses acolytes sont beaucoup plus bas que nous. Je ne l’ai jamais attaquée. J’ai seulement demandé qu’elle parte et je continue de le faire. Moi, je ne dois rien au parti. Mais lui, il me doit 28 ans de bénévolat », conclut-elle.