Le maire d'Alma Marc Asselin a rencontré le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan en fin de semaine.

Un premier essai gouvernemental au Centre d'excellence des drones

Un premier essai gouvernemental se tient cette semaine au Centre d'excellence des drones (CED) d'Alma dans une lancée de Transports Canada en recherche et développement pour des activités de surveillance dans le nord du pays.
Le gouvernement a donné l'autorisation le 21 juin de commencer les opérations avec un appareil Sea-Hunter en partenariat avec l'Université d'Alaska, de Fairbanks, et l'entreprise spécialisée en imagerie aérienne professionnelle par drones Arctic UAV Inc. d'Iqaluit. Depuis les changements de réglementation, c'est la première fois qu'un vol à partir du CED se déroule dans une zone hors visibilité directe, c'est-à-dire que le drone est seulement surveillé par imagerie radar et par le système de contrôle de l'opérateur.
Les recherches s'étendront sur trois ans avant que Transports Canada se décide à acquérir un système utilisant les drones pour le relevé des glaces et la surveillance de déversements d'hydrocarbures dans l'Arctique. Deux séries d'essais d'une semaine sont prévues chaque année et deux essais supplémentaires pourront être réalisés au besoin. Le CED n'a pas encore reçu la confirmation si les tests auront lieu à Alma.
Imposante délégation
Lundi, une dizaine de représentants du ministère, du fabricant, d'Arctic UAV et de l'université sont venus se familiariser avec les installations almatoises. Le drone d'environ 15 pieds a volé durant sept heures et s'est rendu jusqu'au milieu du lac Saint-Jean à une altitude de 8000 pieds. La zone hors visibilité directe, qui commence à Larouche jusqu'au centre du plan d'eau en évitant les communautés, avait déjà été approuvée il y a deux ans, mais aucun vol n'avait pu avoir lieu tant que les procédures avec Transports Canada n'étaient pas définies.
« C'est le Centre d'excellence qui a développé ça, parce qu'il n'y avait rien dans les directives du gouvernement. Il a fallu s'entendre, indique le directeur général du CED, Marc Moffat. C'est une exclusivité dans la province. »
Le maire d'Alma Marc Asselin porte le projet du centre de recherche depuis ses débuts et est heureux de voir le gouvernement s'impliquer pour la première fois dans un projet chez lui.
« Ça fait longtemps qu'on dit que si le Canada veut rester un chef de file dans ce domaine, il faut du soutien gouvernemental », affirme-t-il. 
Le ministre impressionné
L'élu espère que le centre fera bonne impression et que le gouvernement voudra collaborer de nouveau. Selon lui, le ministre de la Défense nationale Harjit Singh Sajjan s'est déjà montré impressionné lors de sa visite surprise samedi, alors qu'il était invité au Spectacle aérien international de Bagotville. Ce dernier a déclaré que la base militaire régionale a de bons atouts pour accueillir un escadron de drones armés.
« Au centre d'excellence, nous sommes plus orientés sur les applications civiles et commerciales. Nous travaillons depuis le début avec le député de Chicoutimi Denis Lemieux pour que l'escadron s'en vienne à Bagtoville. Ça créerait une belle synergie. Il y aurait une expertise de pilotage sur la base et les pilotes pourraient nous aider au centre », explique Marc Asselin.
Une porte sur le Nord canadien
Le CED présente un autre avantage à son avis : être une porte sur le Nord canadien à mi-chemin entre l'expertise en aéronautique de Montréal et l'aéroport polaire d'Iqualuit. 
« Il y a moyen de faire un lien entre les deux et de créer un circuit », estime le maire. Des compagnies ont déjà profité du climat plus froid d'Alma pour réaliser des tests.
« Les entreprises sont souvent rassurées de savoir que la Base militaire de Bagotville peut faire de la surveillance radar, précise Marc Asselin. C'est un autre atout concernant la venue de l'escadron, car les militaires sont déjà habitués. »
Un premier essai de drone par le Canada a été réalisé avec succès le 28 mars 2016 au large de Terre-Neuve-et-Labrador pour évaluer le potentiel des systèmes d'aéronef sans pilote dans des opérations de déglaçage de la Garde côtière canadienne. Le Centre d'excellence des drones se spécialise présentement plutôt dans le perfectionnement d'applications industrielles, comme des appareils pouvant analyser le contenu minéral du sol avec un champ magnétique.