Un plus pour le bleuet régional

Les entreprises de bleuets de la région accueillent très favorablement l'accord de libre-échange intervenu hier entre le Canada et la Coré du Sud.
<p>Réjean Fortin croit que le marché du bleuet déshydraté fabriqué par Bleuet Nordic va se développer en Corée, car les droits de douane sont encore plus élevés que pour le congelé.</p>
« Pour nous, c'est une excellente nouvelle. Nous avions perdu un gros marché à cause des droits tarifaires qui avantageaient les États-Unis. Nous n'étions plus compétitifs », mentionne le président de Bleuets sauvages du Québec, Jean-Eudes Senneville.
L'accord prévoit l'abolition graduelle de la taxe de douane de 30 % imposé pour le bleuet surgelé, de 45 % pour le bleuet séché et de 50 % pour le concentré de bleuet.
Réjean Fortin, de Bleuets Mistassini, pousse un soupir de soulagement. « Il nous restait quelques clients, mais c'était très difficile de les garder, car il était difficile de rivaliser avec le prix des Américains. C'est une très belle nouvelle. Notre premier ministre travaille pour aider notre industrie », s'est-il réjoui.
Comme les bleuets américains étaient exempts de cette taxe, les entreprises américaines ont envahi le marché de la Corée. « On n'était tout simplement plus concurrentiel. Je ne connais pas les détails de l'entente, mais dès que les droits vont être enlevés complètement, ça va être plus facile pour nous de vendre des bleuets en Corée. C'est très encourageant », a mentionné Jean-Eudes Senneville, qui n'a pas voulu divulguer le nombre de livres que son entreprise écoulait dans le passé en Corée du Sud. Il a par contre qualifié qu'il s'agissait d'un bon marché.
De son côté, Réjean Fortin croit que le marché du bleuet déshydraté fabriqué par Bleuet Nordic va se développer en Corée, car les droits de douane sont encore plus élevés que pour le congelé.
Cet accord annonce une autre bonne nouvelle. Il pourrait ouvrir la porte à d'autres ententes à survenir avec le Japon et la Chine. Là encore, les gains pour l'industrie du bleuet régional seraient intéressants. « Tous les droits tarifaires sont un frein pour nos ventes. Avec l'accord avec l'Europe et celui de la Corée, ça augure très bien pour le futur. On espère que ça va se poursuivre pour la Chine et le Japon », souhaite le directeur général de Bleuets Mistassini.
L'abolition de ces tarifs est importante, car en 2012, 80 % de la production du bleuet congelé québécois se dirigeait vers les États-Unis, l'Europe et les pays du Pacifique pour des valeurs d'exportations de 82 millions $, selon le groupe-conseil Foret Lavoie.
Le gouvernement conservateur souhaite que l'entente entre en vigueur au début de l'année 2015.