Sylvain Gaudreault

Un plan du PQ pour améliorer l'accès aux soins de santé

Sylvain Gaudreault, qui revient confiant du caucus de la rentrée de l'aile parlementaire du Parti québécois, affirme que les rencontres ont permis la mise sur pied d'un plan pour améliorer l'accès aux soins de santé pour la population. Décloisonner les professions, geler la rémunération des médecins, mieux répartir ces ressources et garantir l'accès à des soins de première ligne les soirs et les fins de semaine font partie des promesses du PQ.
« Devant l'échec complet de la réforme Barrette, cette énième réforme libérale au cours des quinze dernières années, nous avons développé un plan réaliste et innovant qui met enfin le patient au centre de notre système de santé. Ce plan, salué par des professionnels de la santé, permettra de garantir plus de soins à notre population », a déclaré le député de Jonquière.
« Avec leurs réformes de structure, les libéraux n'ont fait qu'affaiblir notre système de santé local, sans jamais s'attaquer au coeur du problème. Nous, nous aurons le courage de prendre les vrais moyens pour qu'enfin les gens de Jonquière aient accès aux soins auxquels ils sont en droit de s'attendre », a poursuivi Sylvain Gaudreault.
Selon le député, il faut libérer les médecins d'un bon nombre d'actes et favoriser une vraie interdisciplinarité. « Nous proposons d'accroître le rôle des infirmières praticiennes spécialisées, des ergothérapeutes, des dentistes, des physiothérapeutes, des optométristes, des pharmaciens, des paramédicaux, des psychologues et des travailleurs sociaux, des audiologistes... bref, de tous les autres professionnels qui ont beaucoup à offrir aux patients, alors que les médecins ne suffisent plus à la tâche. Ailleurs, en décloisonnant le rôle des autres professionnels, on a réussi à améliorer l'offre de services », a ajouté le député.
De plus, toujours selon le PQ, le ministre de la Santé a fait de mauvais choix budgétaires.
« Les trois quarts des nouvelles sommes investies en santé sont allés dans les poches des 20 000 médecins, sans garantie d'amélioration de l'accès. Cette décision est l'une des pires à avoir été prises pour nos finances publiques. Ce sont les patients et les contribuables qui en paient le prix. Une fois au gouvernement, nous allons immédiatement geler l'enveloppe de rémunération des médecins, mettrons fin à leur incorporation et nous réinvestirons ces sommes dans les services. Nous pourrons ainsi dégager des marges de manoeuvre pour soutenir adéquatement Jonquière-Médic et enfin rénover l'urgence de l'hôpital de Jonquière », a illustré Sylvain Gaudreault.
La troisième mission du Parti québécois est d'offrir aux patients un véritable service de première ligne.
« Il y a environ 5000 personnes à Jonquière qui sont sans médecin de famille. Il faut améliorer les choses. Nous allons nous assurer que les soins de première ligne sont accessibles au moment où les patients en ont vraiment besoin, notamment les soirs et les fins de semaine. Nous garantirons un accès de proximité, à une infirmière praticienne ou à un médecin, jusqu'à 21 heures », a également mentionné le député de Jonquière.
100 membres régionaux du PQ au congrès national
(Katerine Belley-Murray) - La région enverra près de 100 représentants au XVIIe congrès national du Parti québécois qui se tiendra du 8 au 10 septembre au Palais des congrès de Montréal.
«Ce sera l'occasion pour eux de porter les propositions fortes de notre région - en développement économique régional, en protection de notre environnement, en éducation, pour la protection de nos terres agricoles ainsi que des propositions pour améliorer la situation des jeunes et des générations qui nous suivront - adoptées lors du congrès régional du 27 mai à Saint-Ambroise», peut-on lire dans un communiqué du PQ envoyé vendredi et signé par le vice-président du parti dans la région, Louis-Philippe Thibault.