Un aiguillat commun, de la famille des requins, a mordu à l’hameçon de Luc Bouchard, dimanche, à Saint-Fulgence.

Un petit requin pêché à Saint-Fulgence

Décidément, le Saguenay est rempli de surprises cet hiver. Un petit requin a été pêché à Saint-Fulgence, dimanche. Il s’agit d’un aiguillat commun d’environ trois pieds, capturé puis remis immédiatement à l’eau après la traditionnelle photo. De mémoire d’homme, c’est seulement la deuxième fois qu’un tel spécimen est capturé dans les eaux du Saguenay.

L’histoire de pêche miraculeuse a été racontée au Quotidien par le président de Promotion Pêche, Rémi Aubin, en soirée mardi. Le petit requin a été pêché à 13 h, dimanche, au large de Saint-Fulgence.

« Il a été remis à l’eau dans la même minute. Il est reparti vigoureusement, donc il était certainement en bonne santé. C’est vraiment exceptionnel, car c’est seulement la deuxième fois qu’on voit un aiguillat commun dans le Saguenay. Il y a quelques années, un pêcheur en avait capturé un à La Baie », a expliqué Rémi Aubin. Le petit requin se trouvait à une profondeur de 80 pieds lorsqu’il a mordu à l’hameçon du pêcheur Luc Bouchard. 

En janvier 2015, un premier aiguillat avait causé la surprise à La Baie. La biologiste du Musée du Fjord, Myriam Coulombe, avait d’ailleurs accordé une entrevue à l’auteure de ces lignes sur le sujet. On avait alors appris que l’aiguillat commun est présent dans le fleuve Saint-Laurent, mais seulement de juillet à septembre. On ignorait alors qu’il pouvait vivre dans les eaux froides du Saguenay en hiver. Si on croyait à ce moment à un spécimen égaré, il faut maintenant admettre que l’aiguillat est bel et bien présent dans la rivière. À moins qu’il s’agisse du même individu...

Rémi Aubin a capturé un crabe des neiges, qu’il a remis à l’eau comme le prévoit la loi.

Du crabe des neiges

Par ailleurs, Rémi Aubin croit qu’on assiste à une saison surprenante. Les crabes des neiges sont en effet très abondants, bien que la loi oblige les pêcheurs à les remettre à l’eau. M. Aubin en a d’ailleurs capturé un de belle taille, il y a quelques jours.

« Il y en a énormément. Peut-être que cette abondance forcera le gouvernement à revoir ses lois. Ce serait vraiment intéressant qu’on puisse pêcher le crabe ici. Même chose pour la crevette, qui est gigantesque dans le Saguenay ! », a ajouté le spécialiste. 

Les poissons de fond sont également très imposants cette saison. Rappelons la prise, notamment, d’Olivier Trudeau, qui a sorti une morue de 53 livres des eaux de la baie des Ha ! Ha !, vendredi dernier.

« Nous voyons énormément de grosses morues, bien qu’elles ne soient pas toutes grosses comme celle de M. Trudeau ! Il y a aussi beaucoup de flétans de l’Atlantique (qui doivent être remis à l’eau) pêchés accidentellement. Et ces poissons peuvent atteindre les 200 livres, imaginez ! Il y a aussi de beaux gros turbots capturés cette saison. Et je suis certain qu’on va encore assister à de belles surprises d’ici la fin de la saison », a indiqué Rémi Aubin. 

Maxime Dufour a pêché un flétan de l’Atlantique dernièrement, à La Baie.

L’aiguillat commun

L’aiguillat commun se déplace généralement en bancs de plusieurs individus. La longueur moyenne de ce poisson adulte se situe entre 30 et 40 pouces. Cependant, des individus mesurant 50 pouces ont été signalés. Il vit longtemps et grandit lentement. Sa durée de vie est de l’ordre de 30 à 40 ans. L’aiguillat commun est un prédateur opportuniste qui mange les espèces abondantes. En général, il consomme des petits poissons comme le capelan, la morue, l’aiglefin, le merlu, le hareng, l’alose tyran et la chimère.

(Source : Pêches et Océans Canada)