La dépouille d'un orignal a abouti sur le rivage d'un particulier à Saint-Gédéon-sur-le-Lac.

Un orignal s'échoue sur la plage de Saint-Gédéon

La hausse du niveau de l'eau du lac Saint-Jean donne lieu à des scènes percutantes et désolantes. Le Piékuagami s'est déchaîné, vendredi, surtout en raison des vents qui sévissaient.
Les municipalités riveraines s'attendent au pire, alors que le Lac devrait atteindre son plus haut niveau depuis les 40 dernières années, dimanche ou lundi. Selon les dernières prévisions de Rio Tinto, l'étendue d'eau risque de franchir la barre des 18,5 pieds. Vendredi matin, le lac était à 17,75 pieds.
À Saint-Gédéon-sur-le-Lac, un muret de béton a été emporté par les vagues. Dans ce secteur, la dépouille d'un orignal a abouti sur le rivage d'un particulier. À Sainte-Monique, la passerelle de la Véloroute des Bleuets est menacée. Dans plusieurs secteurs, des arbres, des débris, mais aussi des quais ou installations de propriétaires privés sont à la dérive.
« Notre ennemi numéro un, ce sont les vagues et le vent. Le lac est mauvais, l'eau passe par dessus les épis », mentionne le maire de Saint-Gédéon, Jean-Paul Boucher. À ce jour, la municipalité a fait la distribution de plus de 18 000 sacs de sable pour permettre aux citoyens menacés de protéger leurs biens. « L'eau est rendue à certaines maisons, mais elle arrête vis-à-vis les murets qui ont été installés. On garde le moral. La sécurité de la population et primordiale », poursuit l'élu. Plus de détails demain dans Le Progrès.