Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Josh souffre d’un trouble d’anxiété aggravé par la maladie de son frère. Il s’est tourné vers la chatte Nala pour un soutien émotionnel.
Josh souffre d’un trouble d’anxiété aggravé par la maladie de son frère. Il s’est tourné vers la chatte Nala pour un soutien émotionnel.

Un organisme aide les familles à garder leurs animaux de compagnie

Bill Graveland
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
CALGARY - Une mère de famille remercie un organisme de bienfaisance pour animaux de compagnie qui a aidé à payer les soins médicaux de son chat blessé pendant une période particulièrement sombre.

Shannon Miller raconte que son fils aîné Jordan (18 ans) vient de terminer ses séances de chimiothérapie pour une forme rare de cancer des os et des tissus mous.

«Cela a été fou. Ce fut une année vraiment pourrie», lance-t-elle.

Son fils de 14 ans, Josh, souffre lui d’un trouble d’anxiété aggravé par la maladie de son frère. Mme Miller raconte qu’il s’était tourné vers la chatte Nala pour un soutien émotionnel. Toutefois, l’animal a eu besoin d’une intervention chirurgicale coûteuse pour réparer une articulation de la hanche.

«Nala a été son grand réconfort. Quand il se sent anxieux, il la caresse, il dort avec elle. En ce moment même, elle est confinée dans un tunnel dans le salon. Josh dort donc dans notre salon parce qu’il ne peut pas dormir sans Nala.»

Mme Miller et son mari ont tous deux perdu leur emploi à cause de la COVID-19. Elle dit que même l’aide d’amis et une campagne de sociofinancement n’ont pas été suffisantes pour payer la facture du vétérinaire.

«Quand elle m’a appelée, elle était en train de s’effondrer», se souvient Melissa David, la fondatrice de Parachutes for Pets, un organisme qui fournit des soins subventionnés aux animaux de compagnie.

Il remet aussi des paniers de nourriture et des traitements médicaux aux propriétaires d’animaux dans le besoin.

Mme David relate que Mme Miller s’inquiétait de ce qui pouvait arriver à son fils si la famille perdait le chat. «C’était à propos de sa santé mentale à ce moment-là», a déclaré David.

La mère craignait de devoir faire euthanasier la chatte.

«Pendant trois jours, nous pensions devoir la faire tuer. 1/8Josh3/8 ne faisait que pleurer. Il était dévasté. Ce n’était pas un bon moment, dit Mme Miller. Aujourd’hui, il est heureux. Tout simplement heureux. Pour un adolescent, être heureux signifie quelque chose.»

Une grande demande

Mme Davis a remis de 25 à 30 paniers par mois, l’an dernier. En décembre, après avoir révélé qu’elle recevait des lettres d’enfants demandant au père Noël d’aider leurs animaux de compagnie au lieu d’apporter des cadeaux de Noël, la demande a bondi à plus de 600 paniers par mois.

Après avoir reçu pendant une période de trois mois 4000 demandes, dont 35 provenant de travailleurs sociaux de tout le pays, il lui est devenu évident qu’il fallait faire plus.

«Il n’y a actuellement aucun programme au Canada qui aide les enfants à garder leurs animaux lorsqu’ils sont éloignés de leur domicile. J’ai été contacté par de nombreuses agences pour enfants, avance Mme David. Il est devenu évident que nous devions consacrer un programme uniquement à aider les enfants à garder leurs animaux de compagnie.»

Mme David a reçu l’aide en avril du joueur de centre des Flames de Calgary, Mikael Backlund. Celui-ci venait de perdre sa chienne Lily. Une campagne «Lily’s Legacy» («l’héritage de Lily») a demandé à la population d’acheter des paniers de Pâques pour les enfants et les animaux dans le besoin.

«C’est uniquement pour aider les enfants qui vont être séparés de leurs animaux de compagnie. Nous allons nous engager à aider cet enfant et cet animal de compagnie en leur procurant des laisses, des colliers, des soins vétérinaires, des vaccins, des permis jusqu’à ce que ces familles puissent le faire elles-mêmes.»

Mikael Backlund, qui avait déjà donné des billets de hockey à l’organisme de bienfaisance, dit que perdre Lily avait été difficile pour lui et sa femme. Il se dit heureux de pouvoir aider.

«Nous avons pensé que ce serait une excellente idée de faire quelque chose de bien au nom de notre petite princesse, explique-t-il. C’était une excellente façon de commencer avec des paniers de Pâques. C’est bien d’aider ces enfants à garder leurs animaux de compagnie et, espérons-le, à collecter des fonds pour que nous puissions continuer ce programme.»

Une bénévole, Kelly MacQuarrie, a livré les paniers pour des animaux avec l’aide de son fils de 6 ans, Camden.

«Il aime beaucoup les animaux. Il pense que c’est triste que certains enfants n’aient peut-être pas les moyens de garder leurs animaux de compagnie», dit-elle.

Camden comprend les raisons pour lesquelles des paniers sont livrés pour les animaux de compagnie.

«Ils ont besoin de nourriture sinon ils risquent de mourir. C’est bien d’aider leurs animaux de compagnie.»

Mme David espère étendre les activités de l’organisme dans l’ensemble du pays au cours des trois prochaines années.

«Qu’autant d’enfants aient dû vivre cela sans aucune aide, c’est déchirant.»