L’Ordre de la Camerise mettra en lumière des jeunes qui augmentent la qualité de vie de la région.

Un Ordre pour les plus jeunes

Les jeunes inspirants de moins de 35 ans de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean bénéficient maintenant d’une nouvelle forme de reconnaissance. Lancé dimanche, l’Ordre de la Camerise met en lumière l’implication des jeunes dans la vie communautaire et culturelle régionale. Déjà, l’initiative régionale, qui rappelle évidemment l’Ordre du Bleuet, fait énormément réagir.

Bien connu du milieu artistique régional, Max-Antoine Guérin a eu cette idée qui peut, de prime abord, sembler loufoque. « Avec mes collègues de Canopée, Nicolas Lévesque et Sophie Gagnon-Bergeron, nous cherchions une façon de présenter des portraits. Nous avons travaillé dans le domaine communautaire et culturel pendant de nombreuses années, alors, nos archives débordent », explique-t-il.

Certes, le nom du projet est humoristique. Toutefois, la démarche est sérieuse. « On blaguait autour du fait que la camerise est le nouveau bleuet. Il y a un petit clin d’œil relié à la controverse de la camerise qui était présentée en couverture du nouveau guide touristique du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La camerise, qui est de plus en plus populaire, est encore méconnue. C’est un parallèle intéressant avec notre projet », raconte-t-il.

Évidemment, le rapprochement est facile et naturel avec l’Ordre du Bleuet. Toutefois, le principal intéressé se défend de toute intention. « L’Ordre du Bleuet fait un travail exceptionnel. On souhaitait faire un truc complétementaire et plus léger. Il n’y a aucune attaque et aucune critique envers l’autre projet », précise-t-il.

À peine lancé, la création, qui s’inspire du projet Humans of New York, a déjà fait connaître sa première lauréate, Anick Martel. La coordonnatrice du Centre Bang, slamestre et auteure, œuvre aussi dans le domaine des arts visuels et de la performance avec le Collectif Les Poulpes !

La cadence sera très rythmée alors que le créateur du projet a l’intention de présenter cinq portraits par semaine. Cette série inusitée présente un grand potentiel alors que Max-Antoine Guérin a l’ambition de dévoiler, au minimum, 200 portraits de « gens qui augmentent la qualité de vie de la région ». Il est d’avis qu’un bouillonnement culturel se fait sentir, ici.

L’Ordre de la Camerise invite la population à suggérer des jeunes qui font la différence dans leur milieu.