La Croix-Rouge espère amasser 10 000 $ de plus que l’année dernière au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Un objectif plus ambitieux pour la Croix-Rouge [VIDÉO]

Après avoir amassé plus de 50 000 $ l’année dernière, les bénévoles de la Croix-Rouge canadienne du Saguenay montent la barre cette année. Ils tenteront d’atteindre un montant de 60 000 $ afin de venir en aide aux sinistrés de la région au cours de la prochaine année.

Bien que la population du Saguenay soit épargnée par les inondations qui font des milliers de sinistrés à l’échelle de la province, la section Saguenay/Saguenay–Le Fjord de la Croix-Rouge demeure toujours sur un pied d’alerte, puisqu’elle vient en aide, bon an mal an, à plus d’une centaine de foyers sur son territoire. En grande majorité, il s’agit de familles qui ont tout perdu en raison d’un incendie, et parfois en raison de dégâts d’eau. Seulement pour 2018, 120 personnes ont reçu du soutien matériel de la part de la Croix-Rouge afin d’être logées, habillées et nourries le temps de se remettre sur pied à la suite d’un sinistre.

« C’est là qu’on comprend toute la portée du rôle de la Croix-Rouge, ici au Saguenay comme ailleurs. C’est un grand plaisir de pouvoir compter sur la Croix-Rouge, mais aussi sur le soutien que les bénévoles vont offrir lors des interventions », indique le conseiller municipal de Jonquière Kevin Armstrong, qui reprend son chapeau de président d’honneur de la campagne pour une deuxième année consécutive.

Les dons amassés durant la prochaine année seront dédiés à 100 % aux sinistrés de la région, même si un fonds parallèle demeure ouvert afin de collecter des dons pour venir en aide, par exemple, aux victimes des inondations ailleurs au Québec.

Dans la région, les dons servent donc à assurer des services de première ligne comme l’achat de vêtements neufs ou les ententes de paiement des hôtels et des restaurants qui accueillent des sinistrés.

« Avoir sa brosse à dents quand t’es en pyjama en plein hiver, c’est [banal], mais ce sont ces petits détails [qui comptent]. L’argent amassé sert à ça, à répondre aux besoins des sinistrés », explique Dominique Drapeau, la responsable en philanthropie pour la Croix-Rouge au Saguenay–Lac-Saint-Jean, Dominique Drapeau.

Quatre opérations de financement sont prévues au cours des prochains mois. Tout d’abord, deux barrages routiers d’envergure auront lieu à Chicoutimi et La Baie (9 mai) et Jonquière (27 juin) au cours des prochaines semaines. La traditionnelle vente de garage de Rio Tinto se tiendra à nouveau à Jonquière du 6 au 8 septembre et la deuxième édition du Déjeuner Essentiel devrait avoir lieu en février 2020 à une date qui demeure à déterminer.

Saguenay remet annuellement de son côté un montant supplémentaire équivalent à 16 cents par citoyens à la Croix-Rouge locale, soit un peu plus de 23 000 $.

+

UNE POSSIBLE DÉLÉGATION POUR LES INONDATIONS

Des bénévoles de la Croix-Rouge de la région pourraient être appelés, au cours des prochains jours, à se rendre dans les secteurs touchés par de graves inondations dans le sud de la province. 

« Oui, il est possible [que des bénévoles] soient appelés dans les prochains jours parce que la situation n’est pas sur le point de s’améliorer. On est une seule Croix-Rouge canadienne, une seule grande équipe. Quand arrive une catastrophe comme celle-là, nos bénévoles sont appelés dans différents secteurs. Il y a tellement de besoins que les bénévoles sur place, en Outaouais par exemple, ne fournissent pas. Environ 200 bénévoles d’ailleurs au Québec ont déjà été contactés. Ça va ressembler à ce qu’on a vécu en 2017 », confirme Dominique Drapeau, responsable en philanthropie pour la Croix-Rouge régionale. 

Il y a deux ans, une vingtaine de bénévoles du Saguenay–Lac-Saint-Jean avaient été dépêchés à l’extérieur de la région pour prêter main-forte aux sinistrés.

« Habituellement, on part au moins une semaine, mais je ne sais pas [encore] où on va aller si on est appelés », indique le bénévole à l’intervention Denis Simard, qui s’était notamment rendu à Boisbriand en 2017. Lorsque des bénévoles se rendent à l’extérieur, c’est principalement pour s’occuper du suivi des mesures administratives gouvernementales auprès des sinistrés. Le travail de première ligne est normalement réalisé par les bénévoles locaux de la Croix-Rouge.