Réal Coté, maire d’Hébertville-Station, Émile Hudon, maire de Saint-Gédéon, François Claveau, maire de Saint-Bruno, et André Fortin, maire de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix.
Réal Coté, maire d’Hébertville-Station, Émile Hudon, maire de Saint-Gédéon, François Claveau, maire de Saint-Bruno, et André Fortin, maire de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix.

Un nouvel affichage pour les motoneigistes dans Lac-Saint-Jean-Est

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Les différents services de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, secteur sud, seront dorénavant davantage mis en valeur auprès des motoneigistes. Un nouvel affichage visant à identifier les commerces environnants a fait son apparition sur le territoire entre Desbiens et Saint-Bruno.

Installées à trois intersections de sentiers de motoneige particulièrement achalandés, ces affiches mettront de l’avant deux municipalités à proximité, en plus des capacités d’accueil et de services qu’on y trouve.

Réalisée au coût de 6000 $, cette nouvelle signalisation est une initiative du comité touristique du secteur sud de Lac-Saint-Jean-Est.

« C’est nous qui avons pensé à ça puisqu’il y avait des demandes de la part des motoneigistes, à savoir où se trouvaient par exemple les dépanneurs ou les stations d’essence dans le secteur », explique au Quotidien le maire de Saint-Gédéon et représentant du comité, Émile Hudon.

En plus de faciliter les excursions en sentier des amateurs, ce projet vise aussi à maximiser les retombées économiques pour les communautés, en assurant une rétention de la clientèle touristique à l’intérieur du territoire.

Il faut dire que la motoneige constitue un levier important pour le tourisme hivernal en région. Selon la plus récente étude menée en 2017, les impacts économiques liés à la motoneige au Saguenay-Lac-Saint-Jean se chiffraient à 112,5 millions de dollars. Et malgré le contexte actuel, Émile Hudon est optimiste quant à la saison à venir.

« C’est dommage parce que les relais ne peuvent pas offrir de restauration, mais ils pourront au moins accueillir les motoneigistes qui veulent se réchauffer. Les hôteliers du coin ont quand même des réservations et les affaires vont bien pour les commerçants de motoneiges. On s’attend à une bonne année. »