La tour Saguenay du Cégep de Jonquière montre un nouveau visage depuis le début de la nouvelle année scolaire.

Un nouveau visage pour la tour Saguenay du Cégep de Jonquière

La tour Saguenay du pavillon Gérard-Arguin du Cégep de Jonquière affiche un visage plus jeune, depuis la rentrée scolaire. Grâce à un investissement de 2,4 millions de dollars, le revêtement extérieur et la totalité des fenêtres sur les trois façades ont été changés. Considérant que les anciennes dataient de 1964, année de construction de la tour de 12 étages, ces travaux ont été bien accueillis par ses utilisateurs.

« Ce n’était pas un luxe », a convenu le directeur général du cégep, Raynald Thibault, rencontré mercredi en compagnie du régisseur général du centre d’études, Pierre-Luc Dallaire.

Les travaux majeurs ont été réalisés grâce au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Le dossier monté par Pierre-Luc Dallaire et son équipe a permis au Cégep de Jonquière de compter sur un financement total de la part du ministère pour la réfection de la tour Saguenay.

« Le ministère a reconnu l’importance et l’urgence d’agir en considérant ce projet à part, car si on n’avait pas eu ce soutien financier, on n’aurait pas pu réaliser autant de travaux ailleurs dans le cégep », a souligné Raynald Thibault.

L’entreprise almatoise Isofor a décroché le contrat des travaux qui ont débuté dès la fin du mois d’avril. Les premières des quelque 100 fenêtres ont été démantelées le 6 mai. Les derniers travailleurs devraient avoir terminé d’ici la fin de la semaine prochaine, soit plus d’un mois plus tôt que l’échéancier prévu au départ.

La tour Saguenay du Cégep de Jonquière montre un nouveau visage depuis le début de la nouvelle année scolaire.

En plus du revêtement extérieur et des fenêtres, tous les anciens contrôles de chauffage pneumatiques ont été remplacés par des nouveaux électroniques, réglables à distance pour réduire la consommation énergétique.

« On était dû pour une réfection, a confirmé Pierre-Luc Dallaire. Avant de causer des dommages plus importants à la structure, c’était le temps qu’on procède. Quand est venu le temps d’enlever le revêtement et les fenêtres, on n’a pas eu de mauvaises surprises. L’état interne des murs n’était pas attaqué et c’était encore sain. On a remplacé quelques morceaux, mais c’était prévu dans le contrat. »

En plus de respecter les délais, l’entrepreneur a exécuté les travaux sans dépassement de coût. Appelé à superviser le chantier tout l’été, Pierre-Luc Dallaire a félicité l’entreprise, qui a employé un système d’échafaudage hydraulique pour travailler en hauteur, de façon sécuritaire et efficace.

« C’était un défi, mais l’entrepreneur nous a amené de bonnes solutions, a reconnu Pierre-Luc Dallaire. Je ne cacherai pas qu’on était peut-être un peu frileux à cette idée (d’échafaudage hydraulique) au départ, mais on les a laissés travailler et ils nous ont présenté une idée qui se tenait. Finalement, ç’a permis d’exécuter les travaux plus rapidement. »

Sur les 12 étages de la tour Saguenay, 10 abritent des bureaux pour environ 200 enseignants. Une certaine gymnastique a été nécessaire pour accommoder tout le monde, mais surtout, leur collaboration a permis d’amener le projet à terme.

« Il y a eu un gros blitz de délocalisation, entre la fin avril et la mi-mai, mais toutes les équipes du cégep ont mis l’épaule à la roue et ça s’est vraiment bien passé », a souligné Pierre-Luc Dallaire, citant en exemple le déplacement des différents meubles, ainsi que le débranchement et rebranchement des équipements informatiques.

Au total, on comptait 12 chantiers au Cégep de Jonquière, entre la mi-mai et le début des cours, à la fin août. Des 4,5 M $ investis, 2,4 M $ ont été consacrés à la tour Saguenay. Et ce n’est pas tout. L’agrandissement de la salle de conditionnement physique, des vestiaires des équipes sportives et de la salle de combat font partie des projets pour le printemps prochain, en plus de l’aménagement d’une salle de psychomotricité, dédiée au programme de Techniques d’éducation à l’enfance.