Le nouveau plan qui sera soumis à la consultation populaire prévoit des trajets plus directs vers les lieux d’achalandage. Le corridor d’écomobilité sur Talbot, qui partirait du boulevard Barrette en direction nord jusqu’à Chabanel, ensuite vers l’UQAC, pour se diriger vers l’hôpital et le centre-ville, serait privilégié.

Un nouveau terminus à l'UQAC

Les utilisateurs du transport en commun de la Société de transport du Saguenay (STS) vivront des changements importants d’ici 2019. Une nouvelle station multimodale sera construite sur les terrains de l’UQAC, ce qui devrait permettre un déplacement plus rapide et efficace des personnes au cœur du centre de masse de Chicoutimi.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du nouveau plan de transport élaboré depuis un an par la STS pour le secteur Chicoutimi en collaboration avec l’UQAC, le Centre alternatif de déplacement urbain du Saguenay (CADUS), le MAGE-UQAC, le Cégep de Chicoutimi et le CIUSSS.

En entrevue, Jean-Luc Roberge, directeur général de la STS, accompagné du président Réjean Hudon, de Marie-Karlynn Laflamme, directrice des communications à l’UQAC, et de Simon Trépanier, vice-président institutionnel du MAGE-UQAC, explique que depuis un an, la STS cherche à mettre en place des façons d’améliorer l’efficacité du transport en commun dans le secteur sud de l’arrondissement de Chicoutimi. Le but est de cibler le plus grand nombre d’utilisateurs potentiels afin de réduire l’utilisation de l’automobile. Ce travail a débuté à la suite de la réalisation par le ministère des Transports d’une étude origine-destination consécutive à l’incendie survenu sous le pont Dubuc en 2015. L’étude a démontré qu’un grand nombre de personnes se déplacent dans l’axe du boulevard Talbot vers Place du Royaume, l’UQAC et ses 7000 étudiants, le cégep fréquenté par 2000 étudiants, l’hôpital et, avec une concentration moindre, vers la rue Racine et le centre-ville.

« Nous avons constaté que l’autobus seul ne répond pas à tous les besoins de la population. On veut ouvrir sur des mesures qui favoriseraient l’utilisation de la marche, du vélo électrique, du covoiturage, du taxi et de l’autopartage. Autrement dit, la STS a décidé de refaire ses devoirs », explique M. Roberge.

Le nouveau plan qui sera soumis à la consultation populaire prévoit des trajets plus directs vers les lieux d’achalandage. Le corridor d’écomobilité sur Talbot, qui partirait du boulevard Barrette en direction nord jusqu’à Chabanel, ensuite vers l’UQAC, pour se diriger vers l’hôpital et le centre-ville, serait privilégié.

Sur ce trajet, les autobus délaisseraient le mode d’opération en boucle pour adopter un système de transport en navettes qui n’effectuerait que des aller-retour sur la même ligne. La nouvelle façon de faire permettrait le passage de 20 autobus à l’heure en direction de l’UQAC tout en réduisant considérablement la durée de transport pour les usagers. Par exemple, le transport à partir du Costco jusqu’à Place du Royaume, qui prend actuellement 18 minutes en boucle, pourrait être effectué en seulement quatre minutes en mode navette. 

Le nouveau plan de transport impliquerait que le Terminus Morin serait moins fréquenté par les véhicules de la STS, mais continuerait de servir de point de jonction vers les autres terminus du Saguenay.

L’aménagement de la station multimodale sur le stationnement de l’UQAC entraînerait la disparition d’une centaine de cases de stationnement. L’entente finale multipartite qui reste à négocier impliquerait l’affection du terrain pour une période de quarante ans.

En ce qui a trait aux coûts de construction de la station, M. Roberge parle d’une somme de sept millions $, dont 450 000 $ proviendront de subventions du ministère des Transports pour la réalisation de l’étude de faisabilité pour les infrastructures. « Très prochainement, on va lancer un appel d’offres pour la réalisation de l’étude qui permettra de déterminer les coûts exacts ».

La population sera appelée à se prononcer sur le projet lors d’une consultation publique prévue à l’UQAC les 1er et 15 novembre. 

Du côté de l’UQAC, Mme Laflamme s’est montrée très satisfaite de l’entente de principe intervenue qui contribuera à la construction de la cité universitaire.

Le président de la STS, Réjean Hudon, s’est montré modeste dans ses commentaires en raison de la période électorale actuelle, mais s’est dit très satisfait du mariage intervenu entre les partenaires.