Le directeur du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil (à droite), accompagné du directeur des études, Christian Tremblay, et de la responsable des services adaptés, Michèle Martin, ont annoncé la création d’un nouveau cours destiné à mieux faire connaître la réalité autochtone.

Un nouveau cours pour la clientèle autochtone au Cégep de Chicoutimi

Le Cégep de Chicoutimi poursuit le développement de son offre de cours dédiés aux Autochtones et à l’ensemble de sa clientèle, ce qui permet de créer des ponts entre les communautés dans le contexte plus large du plan d’action fédéral de la Commission de vérité et réconciliation.

Le conseil d’administration a ainsi entériné le Protocole sur l’éducation des Autochtones. Pour le directeur André Gobeil, le Cégep de Chicoutimi entend donc respecter ses obligations en matière de formation destinée aux membres de communautés qui suivent des programmes de formation technique ou générale.

Depuis maintenant 15 ans, le Cégep de Chicoutimi accorde une attention particulière à la clientèle étudiante autochtone. Cette année, 68 jeunes des Premières Nations fréquentent le Cégep de Chicoutimi dans les disciplines de la foresterie, des soins infirmiers et du génie électrique.

Un nouveau cours permettra aux étudiants de réaliser un survol complet d’une multitude de facettes des communautés. Il couvrira des éléments culturels, politiques et économiques ainsi que tout le volet historique de la réalité autochtone au Canada.

Selon le directeur des études, Christian Tremblay, le nouveau cours s’intitule « Cultures et réalités contemporaines des premiers peuples ». Il s’agit d’un cours complémentaire qui sera offert aux étudiants en sciences humaines et ceux des programmes techniques qui sont susceptibles de travailler en contexte autochtone.

La responsable des services adaptés aux étudiants du collège, Michèle Martin, souligne de son côté que l’établissement offre une multitude de services aux jeunes qui se retrouvent du jour au lendemain dans un tout nouveau milieu. Il y a donc un service d’accompagnement et d’intégration. Les étudiants qui proviennent des communautés sont de passage à Chicoutimi pour poursuivre leur parcours académique. Dans certains cas, principalement ceux qui proviennent des communautés plus éloignées, le collège offre deux sessions additionnelles afin de parfaire leur formation secondaire pour leur permettre d’intégrer le programme collégial.

La responsable a de plus mentionné le travail des professeurs du département de littérature qui ont intégré des auteurs autochtones dans les cours afin de bien représenter cette réalité.

Le directeur du collège a bien fait la différence entre des actions prises pour attirer une nouvelle clientèle et le nouveau cours offert aux étudiants. Il a expliqué que l’intention du collège était avant tout de créer des ponts entre les communautés, et ce, qu’il y ait un ou plusieurs étudiants. Il ne s’agit pas pour André Gobeil d’un enjeu de clientèle, mais bien un engagement plus large pour le Cégep de Chicoutimi à l’endroit des communautés autochtones.