Un mouvement pour réfléchir à la sortie de la crise

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
Une nouvelle page Facebook s’est donné pour mission de réfléchir à la manière dont la région se relèvera de la crise créée par le coronavirus. La page Solidarité ô SLSJ invite différents chroniqueurs pour susciter le débat.

C’est l’économiste et ancien professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi, Gilles Bergeron, qui a lancé le bal samedi, du regroupement qui se qualifie de «mouvement  social de solidarité, d’entraide entre les communautés locales tout en respectant la distanciation sociale».

Dans sa première chronique, Gilles Bergeron lance les bases d’une réflexion sur la sortie du confinement. 

«La crise actuelle est une crise unique dans l’histoire humaine. Nous vivons en direct cinq crises qui ont chacune leur dynamique propre, mais qui sont reliées dans le temps : la crise sanitaire, la crise économique, la crise financière, la crise des finances publiques et la crise de l’environnement. Ces crises n’auront pas nécessairement toutes la même importance et la même durée. Elles feront toutes partie du décor dans nos réflexions sur notre avenir», écrit-il, promettant de chercher à mieux les comprendre pour orienter la prise de décision régionale.

Dans les prochains jours, différentes personnalités régionales se livreront elles aussi à l’exercice. Parmi elles, on retrouve la psychologue Anne-Marie Gendron, le fiscaliste François Imbeau, ou encore la directrice générale du Musée du fjord, Guylaine Simard.

L’horaire de publication des différentes chroniques se trouve sur la page Facebook du mouvement.