La deuxième édition du Hackathon des Journées de la culture aura lieu au Moulin à Cie, à Chicoutimi, de vendredi à dimanche. Katia Bourgault, spécialisée dans l’organisation d’événements, Paul-Henri Callens, président du comité d’administration du Moulin à Cie, et Jean Duplain, membre du regroupement Saguenay ville intelligente, font partie du comité organisateur de l’événement qui compte une dizaine de membres.

Un marathon de création numérique

Dans le cadre de la quatrième édition de la Rentrée du numérique, un événement dédié aux professionnels et aux entreprises de la région, qui aura lieu mercredi à l’OTL Gouverneur Saguenay, à Chicoutimi, Le Quotidien vous propose ici le deuxième d’une série de trois reportages consacrés au secteur numérique à Saguenay.

Les projets numériques visant à répondre aux enjeux du milieu culturel qui verront le jour lors du deuxième Hackathon de Saguenay, en fin de semaine, bénéficieront ensuite de l’accompagnement de Promotion Saguenay afin de favoriser leur concrétisation.

Environ 25 participants de la région sont inscrits jusqu’à maintenant à ce marathon de création et de programmation qui prendra d’assaut le Moulin à Cie de vendredi soir à dimanche, dans le cadre des Journées de la culture.

L’espace de travail partagé (‘’coworking’’) situé sur la rue Racine, au centre-ville de Chicoutimi, bouillonnera d’activité tandis que les participants rivaliseront afin de proposer des solutions créatives aux enjeux du milieu culturel régional.

Pour guider les programmeurs, étudiants et professionnels de l’industrie, dix défis leur seront proposés afin de les aider à identifier des projets qui contribueront à «démocratiser la culture par le numérique».

«Cela va nous permettre d’avoir des projets qui sont encore plus près de la réalité du milieu culturel et d’avoir des projets qui risquent de continuer à vivre, aussi, après. C’est notre objectif», a exposé Katia Bourgault, membre du comité organisateur de l’événement. Le Quotidien l’a rencontrée dans les bureaux du Moulin à Cie, dont elle est elle-même une utilisatrice, en compagnie d’autres membres du comité.

«Le développement d’outils collaboratifs», «Faciliter la circulation de l’information sur le territoire», ou encore «Meilleure gestion du temps, de projets, des organisations et des ressources» sont quelques-uns des défis qui seront soumis à la créativité des participants.

Lors de la première édition du Hackathon de Saguenay, qui ne proposait pas les mêmes balises, des applications listant les spectacles d’humour ou permettant d’arbitrer des matchs d’improvisation, ainsi que des jeux vidéo mettant en valeur l’histoire de la région ont par exemple été soumis au jury, après la fin de semaine de création.

Un suivi
Les projets qui verront le jour à l’occasion de cette deuxième édition du Hackathon bénéficieront cette année d’un accompagnement de la nouvelle conseillère au développement du secteur numérique engagée récemment par Promotion Saguenay, Karine Jean, a expliqué Jean Duplain, membre du regroupement Saguenay ville intelligente.

«Promotion Saguenay va assurer le suivi de ces projets-là, pour voir quels sont les moyens qu’on pourrait mettre en place pour que ça se développe.»

Les participants à l’événement demeurent également libres de gérer leur propriété intellectuelle, a précisé pour sa part Paul-Henri Callens, président du comité d’administration du Moulin à Cie.

«On a travaillé fort sur les contrats de propriété intellectuelle, les licences à utiliser pour protéger leurs codes, pour que ce soit des projets qui leur appartiennent et qu’ils puissent gérer ça aussi restrictivement ou ouvertement qu’ils le veulent», a-t-il mentionné, en soulignant que certains événements du même genre réclament plutôt une cession entière des droits sur les projets créés.

+

D'UNE RÉGION RESSOURCE À UNE RÉGION «OPEN SOURCE»

«Il faut passer d’une région ressource à une région ‘‘open source’’.»

Cette phrase, lancée par Paul-Henri Callens, président du comité d’administration du Moulin à Cie, jeune coopérative proposant un espace de travail partagé à Chicoutimi, résume bien le plaidoyer de différents intervenants du domaine numérique à Saguenay, qui souhaitent faire changer les mentalités et montrer que la municipalité peut s’imposer comme un milieu créatif dynamique.

L’époque où les jeunes qui souhaitaient faire carrière dans le vaste domaine des technologies numériques devaient quitter la région est maintenant chose du passé, estime le jeune homme d’origine hollandaise qui a étudié à l’UQAC et qui demeure à Saguenay depuis maintenant 10 ans.

Jean Duplain, membre du regroupement Saguenay ville intelligente, critique également que le développement régional soit encore souvent associé à l’exploitation des ressources naturelles.

«Il faut amener un autre genre de vocabulaire. [...] Si on est une région ressource, justement, les ressources primaires qu’on a, ce sont nos jeunes, ce sont nos cerveaux. Est-ce qu’on peut les conserver et en attirer des nouveaux?», a-t-il plaidé.

+

ACTIVITÉS OUVERTES AU PUBLIC

Afin de démystifier l’univers de la programmation, le Hackathon propose cette année davantage d’activités ouvertes au public.

La population est invitée à visiter les locaux du Moulin à Cie, samedi, alors que les participants seront à pied d’oeuvre. Le Club Asimov, le club de robotique du Cégep de Chicoutimi, sera sur place afin de présenter des oeuvres numériques interactives. Le public pourra également expérimenter la réalité virtuelle en visionnant quatre courts films québécois immersifs.

Dimanche, le public sera également admis au dévoilement des projets des participants, à 13h30, au Bistro Café Summum de Chicoutimi. Le projet gagnant recevra un prix de 1000 $ remis par le jury. Un prix coup de coeur du public sera également décerné.

Les détails des activités sont disponibles sur la page Facebook du Moulin à Cie.