Un manque de sérieux, dit Karine Trudel

(Mélyssa Gagnon) – La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, demande au gouvernement libéral de « rendre public son plan secret » pour doter le Canada d’une nouvelle flotte de brise-glaces.

Par voie de communiqué, la politicienne a réagi à un reportage diffusé par Radio-Canada, lequel faisait état de l’interruption des discussions entre Ottawa et la Davie en ce qui a trait à l’acquisition de nouveaux navires. 

« On a besoin de ces contrats et de ces navires, tant pour les emplois que pour assurer des services de déglaçage fiables pour les régions comme le Saguenay–Lac-Saint-Jean. Le ministre peut-il nous informer du progrès des négociations et s’engage-t-il à rendre public son plan secret ? », veut savoir Karine Trudel.

En février 2017, un navire de Rio Tinto transportant de la marchandise est demeuré coincé dans les glaces du Saguenay. Depuis ce temps, la députée dit avoir interpellé le ministre responsable de Pêches et Océans Canada à plusieurs reprises. Dans une lettre envoyée il y a un an, elle a dénoncé les délais d’intervention de la flotte de la Garde-Côtière et a imputé ces retards au vieillissement des brise-glaces.

« Reconnaissant ce vieillissement des navires dans sa réponse, le ministre Dominic Leblanc a lié le renouvellement de la flotte à la “disponibilité des fonds” », pointe-t-elle.

La semaine dernière, lors des débats sur le budget, Karine Trudel a relevé l’absence de fonds pour le renouvellement de la flotte dans le plus récent plan Morneau. Selon elle, le gouvernement n’a pas été capable de répondre à cette « incohérence ». Elle estime donc que le plan libéral « manque de sérieux ».

« Le dossier des brise-glaces doit être une priorité, non seulement pour le maintien des emplois chez la Davie et ses fournisseurs, mais également pour un maintien adéquat des services de déglaçage. Malheureusement, nous devons encore une fois dénoncer le manque de sensibilité et de substance des politiques du gouvernement Trudeau envers les régions », conclut Karine Trudel. 

La députée néo-démocrate Karine Trudel

+ La patience des travailleurs et des fournisseurs de Davie arrive à bout

(Gilbert Leduc) – Travailleurs et fournisseurs de Chantier Davie s’étaient passé le mot, lundi, pour rappeler au gouvernement fédéral que rien n’était encore réglé dans les négociations entre Ottawa et le chantier naval de Lévis pour la conversion de brise-glaces pour la Garde côtière.

Tout ce beau monde a encore frais en mémoire la présence du premier ministre Justin Trudeau à Québec le 18 janvier dernier. Il avait annoncé sur-le-champ le début des pourparlers entre la Garde côtière et Chantier Davie pour la construction éventuelle de quatre brise-glaces polaires.

Selon les travailleurs et les fournisseurs, Ottawa se traîne les savates.

La présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches, Anne Gingras, a dénoncé le fait que le gouvernement fédéral sait pertinemment qu’il a besoin de ces navires, mais refuse de saisir la perche tendue par Davie. Les travailleurs ont notamment manifesté, lundi, devant les bureaux du ministre Jean-Yves Duclos à Québec.

De son côté, l’Association des fournisseurs de Chantier Davie a dénoncé le manque de leadership des libéraux.

«Nous nous sentons carrément floués par Justin Trudeau qui nous avait promis des lendemains radieux lors de sa dernière visite à Québec», a affirmé le président de l’association, Pierre Drapeau, en soulignant que les informations venant d’Ottawa laissaient entendre que les fonctionnaires fédéraux avaient largué le projet piloté par Chantier Davie.

Selon ce dernier, la conversion du premier brise-glace pourrait fournir du boulot à plus de 1000 travailleurs.