Mustapha Elayoubi est le président de l’Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«Un jugement humain», selon Mustapha Elayoubi

La peine de 40 ans d’emprisonnement imposée à Alexandre Bissonnette va certes marquer l’histoire du Québec et du Canada, mais pour Mustapha Elayoubi, ce triste événement doit envoyer un message clair contre les gestes de violence à caractère racial.

Le président de l’Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean a livré sa vision quelques minutes après que le verdict soit tombé, vendredi après-midi.

«Il faut mettre fin aux passions déchaînées qui ne rapportent que désolation à tout le monde», a partagé M. Elayoubi, invitant le peuple québécois à l’union, peu importe la couleur de peau et les croyances religieuses de chacun.

«En même temps, c’est aussi un message aux politiciens d’être prudents dans leur approche et dans le traitement des dossiers sensibles qui touchent la foi des gens», a-t-il ajouté.

Mustapha Elayoubi est d’avis que la sentence est appuyée sur des éléments qui permettent de cerner une logique claire dans la décision du juge François Huot.

«Le but moral de chaque sentence est d’essayer de rendre justice aux victimes, de donner un exemple de châtiment social pour le crime commis et de donner la chance une possibilité de réhabilitation et de rédemption au criminel, a cité M. Elayoubi. C’est un jugement humain. Est-ce qu’il rend justice aux victimes? On ne peut jamais ramener les gens qui ont été assassinés, mais est-ce que ça envoie un message qui démontre que la justice est sérieuse et dissuasive? À mon opinion, je crois que oui.»