Le président et chef de la direction de Résolu, Yves Laflamme, a confirmé des investissements de 38 M$ à la papeterie Kénogami pour la création d’une unité de fibre cellulosique en plus de la modernisation du système de finition du papier surcalendré.
Le président et chef de la direction de Résolu, Yves Laflamme, a confirmé des investissements de 38 M$ à la papeterie Kénogami pour la création d’une unité de fibre cellulosique en plus de la modernisation du système de finition du papier surcalendré.

Un investissement de 38 M$ pour la papetière Résolu de Kénogami

La papetière Résolu procédera à des investissements de 38 M $ qui vont permettre de mettre en production la fibre cellulosique tout en prolongeant la durée de vie des machines à papier des usines de Kénogami et Dolbeau en ciblant des marchés de papier spécialisés pour contrer la baisse de la demande dans les produits traditionnels.

L’annonce a été faite mercredi à l’usine Kénogami en présence de trois ministres du gouvernement du Québec et d’une ministre fédérale. Les maires des principales villes de la région ont assisté à cet événement qui semble prometteur dans le cadre de la transformation de l’industrie des pâtes et papiers.

D’entrée de jeu, le président et chef de la direction Yves Laflamme a salué le travail réalisé par son prédécesseur Richard Garneau auprès du conseil d’administration de l’entreprise pour son soutien au développement de cette nouvelle fibre. Le projet a été mené conjointement avec l’entreprise Murser et Résolu a finalement décidé de créer sa propre unité de production de fibre dont la capacité sera d’un peu plus de 20 tonnes par jour.

« Les filaments peuvent être intégrés dans des produits commerciaux ou de consommation de plusieurs industries, notamment le transport, la construction et l’énergie, pour en accroître la résistance et la durabilité », a insisté Yves Laflamme.

Les travaux nécessaires à la création de l’unité de production de fibre cellulosique sont évalués à 27 M $. Ils consistent à remettre en état des raffineurs. Le procédé de production consiste à utiliser de la pâte Kraft produite à l’usine de Saint-Félicien et de la raffiner sur une longue période. Il faut normalement 3000 kilowatts/heure pour la production d’une tonne de pâte alors qu’il faudra en ajouter 9000 pour arriver à produire la même quantité de fibre cellulosique.

Selon Yves Laflamme, il s’agit d’un marché à haute valeur ajoutée. Il reste encore beaucoup de travail pour le développement des applications commerciales. Le président de Résolu a affirmé que l’entreprise mise sur les avantages environnementaux de cette fibre qui peut remplacer dans bien des produits des éléments à base de pétrole.

Le président de Résolu a souligné les particularités de nouveaux produits issus des technologies d’avenir. L’époque des machines à papier avec des grands volumes qui généraient beaucoup d’emplois est derrière nous. Les produits à haute valeur ajoutée génèrent moins d’emplois et représentent des volumes plus petits.

L’unité de production qui sera développée à Kénogami se traduira par la création de 23 postes de travail quand elle atteindra sa vitesse de croisière. La technologie de production de la fibre cellulosique utilisée dans le projet de Kénogami a été développée par FP Innovation, un centre de recherche gouvernemental qui oeuvre dans le développement de nouvelles applications pour les produits du bois.

La seconde annonce de la journée aura de son côté un impact au Saguenay et dans le haut du Lac-Saint-Jean. Il s’agit des investissements de l’ordre de 11 M $ dans le système de super calandre de l’usine Kénogami. Le projet est majeur puisqu’il permettra à la papeterie Kénogami de cibler le marché du papier glacé SCA « plus-plus ». Il s’agit d’un papier glacé à grande opacité utilisée dans l’impression commerciale.

La papeterie Kénogami produit du papier de grades SCA et inférieurs. Il s’agit d’un papier à fini lustré dans lequel on ajoute de la glaise. Les nouvelles gammes seront également produites avec une pâte qui intègre de la glaise. Les investissements seront réalisés dans les équipements utilisés pour la finition de la feuille de papier.

Les employés de l’usine de Kénogami ont assisté à la conférence de presse.

« Avec ces investissements, on prolonge la durée de vie de la machine à papier de Kénogami. On va aussi aider l’usine de Dolbeau puisque nous allons transférer les commandes de papier SCB dans le haut du lac », a ajouté Yves Laflamme.

Le président de Résolu a salué la participation financière des gouvernements fédéral et provincial qui sont partenaires à la hauteur de 11,6 M $ sous forme de prêts et subventions.

BONNE NOUVELLE POUR LES EMPLOYÉS

Le président du syndicat Unifor, Sylvain Simard, voit l’annonce comme la marque d’un bon travail de la part des employés. « C’est rassurant pour nous autres, estime M. Simard. Ça fait un an qu’on travaille fort pour la santé-sécurité. Par rapport au dernier incident qui est arrivé l’an dernier, on s’est quand même fait mettre des bâtons dans les roues, parce que la performance [n’y était pas] côté santé-sécurité. On nous avait promis des choses, maintenant ça se réalise. Il faut dire que tout le monde a travaillé fort pour que ça se réalise. »

M. Simard est également d’avis que le nouvel investissement de Produits forestiers Résolu est encourageant pour les jeunes travailleurs de l’usine : « C’est sûr que ça donne un coup de pouce aux employés quand même, ça les rassure. Les jeunes, je pense que 80 % de la main d’œuvre a été rajeunie ici, parce qu’il y a eu beaucoup de retraites. Ça rassure les jeunes. On sait qu’ici, côté démographique, ce n’est pas facile. Je pense que des annonces comme ça, ça va garder notre monde au Saguenay. » ÉMILIE MORIN