La «smartnomination» a fait des heureuses hier. Marie-France Dufour, qui célébrait son anniversaire, ainsi que Fernande Houde, ont eu droit à des roses.

Un impact bien réel

Une vague de bonté déferle sur le Saguenay-Lac-Saint-Jean, profitant aux diverses oeuvres de la région. Dons en argent, en nourriture, en temps et en biens de toutes sortes affluent vers les différents organismes, une manne inespérée en cette période habituellement creuse de l'année.
La "smartnomination" fait des heureux dans la région. Le phénomène, né en réponse à celui de la "neknomination" qui consiste à se filmer en train de "caler" de l'alcool, puis à inviter des amis à faire de même, a eu des répercussions partout dans la région.
Le concept se propage telle une traînée de poudre sur Facebook.
Depuis quelques jours, des citoyens poursuivent la chaîne de bonté, au profit des différents organismes.
À LA MAISON D'ACCUEIL POUR SANS-ABRI DE CHICOUTIMI
La Maison d'accueil pour sans-abri de Chicoutimi bénéficie également de la chaîne de bonnes actions.
Les sans-abri ont même eu droit à un souper spécial hier soir. «Un homme nous a appelé cette semaine et nous a dit de ne rien préparer pour le souper de samedi. Il souhaitait offrir du poulet frit pour l'ensemble des bénéficiaires», s'étonne encore Denis Marcotte, directeur général de l'endroit. «C'est 25 à 30 personnes!»
Des serviettes, des cartes-cadeaux dans des cafés et restaurants situés aux alentours, des vêtements et des dons en argent ont aussi été offerts à l'organisme.
«Je pense que plus de 15 personnes sont venues depuis quelques jours», confirmait Denis Marcotte jeudi. «Il y a des gens qui viennent tous les jours.»
Le nombre de jeunes qui prennent part au mouvement étonne celui qui se consacre aux autres. «C'est un peu surprenant. Les jeunes, en raison de leur situation économique, font rarement des dons. Actuellement, on voit des gens de tous les âges.»
M. Marcotte apprécie également que certaines personnes prennent le temps de téléphoner afin de connaître les besoins de l'organisme. «C'est bizarre à dire, mais ici, on manque cruellement de bas et de sous-vêtements pour hommes. Personne ne pense à ça.»
Si les bénéficiaires profitent des bonnes actions, les employés et bénévoles qui gravitent autour d'eux y gagnent également.
«C'est très rafraîchissant. Pour nous, c'est une petite tape dans le dos. C'est une très belle chaîne», confirme Denis Marcotte.
À LA FONDATION JEAN ALLARD
Une douzaine de dons et heures de bénévolat ont aussi été offerts à la Fondation Jean Allard pour l'autisme. "Ç'a un impact majeur. C'est très rare que des gens appellent pour faire des dons, à moins qu'on ne soit en campagne de financement. C'est inespéré et très apprécié", assure Louise Tremblay directrice générale.
À LA SPCA SAGUENAY
La SPCA Saguenay, qui avait lancé un appel à la générosité via les médias sociaux il y a quelques jours afin de recevoir des accessoires pour animaux, a été inondée de dons. «On a reçu toute une réponse. Des os, des couvertures, des jouets, de la nourriture. Des gens sont aussi venus promener les animaux. En une semaine, on a eu plus ou moins 25 bonnes actions», estime Carolle Girard, superviseure.
À LA MAISON NOTRE-DAME-DU-SAGUENAY
À la Maison Notre-Dame-du-Saguenay, les bonnes actions se multiplient. Depuis la semaine dernière, des personnes se présentent sur place avec des petites douceurs pour les malades et les bénévoles. Fleurs, pâtisseries, friandises, café, etc.
«Nous avons aussi reçu plus de 250$ en argent», affirme Jean-Pierre Simard, directeur général de l'établissement.
CHEZ MOISSON SAGUENAY-LAC-SAINT-JEAN
Le phénomène réjouit également les intervenants de Moisson Saguenay-Lac-Saint-Jean. «Chez nous, c'est un raz-de-marée», affirme d'emblée la directrice générale, Carole Simard. Cette dernière affirme qu'habituellement, sur une période de six mois, cinq ou six personnes viennent porter des denrées. Cette semaine, des dons en denrées, en argent et même en bénévolat ont été reçus. «C'est fou. On n'en revient pas. Il y a même une dame qui a offert de faire une épicerie pour une famille. Les gens investissent et s'investissent dans leurs bonnes actions.»
AU LAC-SAINT-JEAN
Au Lac-Saint-Jean, le phénomène commence également à se faire sentir. La maison des familles La Cigogne d'Alma a reçu quelques dons en couches et en lait maternisé. À la maison Soli-Can d'Alma, un repas de sushis pour les patients et les bénévoles ainsi que quelques dons en argent ont ponctué la semaine. "Ça met une ambiance spéciale», confirme Christiane Hudon, directrice générale de la maison.
QU'EST-CE QUE LA « SMARTNOMINATION » ?
La « smartnomination » consiste à faire une bonne action, à la filmer, la publier via les médias sociaux, principalement Facebook, puis à lancer le défi de faire de même à trois personnes qui devront s'exécuter dans les 24 heures suivantes.
Elle a été créée par un jeune Français en réaction à la « necknomination ». Julien Voinson a répondu au défi qui lui avait été lancé en publiant une vidéo dans laquelle il of frait de la nourriture à des sans-abri. Il a ensuite invité trois amis à poser une bonne action. Le concept a été repris dans la région par Julien Boulianne qui a créé l'effet d'entraînement.
EN OPPOSITION À LA « NEKNOMINATION »
La « neknomination » vient de l'expression anglaise « neck your drink » qui signifie « caler » de la boisson. Il s'agit d'un jeu de consommation d'alcool qui circule via Internet. Le participant doit se filmer en train de boire, puis publier la vidéo sur Internet. Il lance par la même occasion l'invitation à faire de même à trois personnes, afin de poursuivre la chaîne. Les personnes nommées ont 24 heures pour relever le défi. Le jeu aurait fait quelques morts jusqu'à maintenant.