Christophe Bélair croit que la vie de David Desharnais peut servir d'exemple aux jeunes, puisqu'il a assimilé très tôt des valeurs telles que la discipline et la tolérance.

Un héros sur glace... et en librairie!

On le connaît pour ses habiletés de passeur et son exceptionnelle vision du jeu, mais depuis quelques jours, c'est dans les librairies que David Desharnais fait sentir sa présence. Ce phénomène tient à la publication d'un livre destiné aux enfants, David Desharnais dans la cour des grands, écrit par Christophe Bélair et mis en marché par les éditions Cornac.
Ce produit de belle facture, enrichi par des illustrations signées Fleg, relate un épisode vécu par l'ancien capitaine des Saguenéens de Chicoutimi. Bien avant de jouer ici et bien avant son embauche par le Canadien de Montréal, il y a eu son passage au niveau atome BB, au sein d'une équipe où le garçon de Laurier-Station détonnait - déjà! - en raison de sa petite taille.
Issu d'une famille tricotée serrée, où le père se donnait le trouble d'entretenir une patinoire extérieure pour le bénéfice du voisinage, il a vite émergé en raison de son talent. Les adversaires le narguaient en vain, puisque l'attaquant causait la perte de leur équipe en remplissant le filet.
Le livre présente le jeune David à un moment charnière de son cheminement sportif, alors que son équipe va participer au tournoi de Saint-Agapit. Ça se passe dans sa région, ce qui ajoute un surcroît de tension justifié par le désir de bien faire. Comment se débrouillera-t-il? La réponse est livrée à la page 75.
«L'histoire se déroule chez les atomes parce que c'est le groupe d'âge que nous avons ciblé. C'est une belle période où la notion d'équipe est importante. Moi-même j'ai joué à ce niveau et je me souviens de tous les détails du tournoi de Richmond auquel j'avais participé. Je me rappelle même du nom de la mascotte», a raconté Christophe Bélair jeudi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.
Des leçons de vie
L'idée derrière le livre est née d'un flash qu'a eu l'éditeur Michel Brûlé. Jugeant que David Desharnais constituait un sujet attrayant, il a sollicité la participation de Christophe Bélair, auteur des six tomes de la série Yoyoman. Celui-ci a pris contact avec le joueur et pendant deux ou trois heures, il a raconté différentes anecdotes reliées à son enfance. Très vite, un scénario a pris forme.
«David avait évoqué le tournoi de Saint-Agapit, une compétition où il a dû montrer beaucoup de détermination pour se faire valoir. Il a aussi rendu hommage à l'entraîneur de son équipe, Jean-Pierre Lamontagne. C'est le premier qui a cru en lui et il en parle avec émotion», rapporte l'auteur.
Au fil de l'histoire, dont la plupart des faits sont réellement survenus, on accompagne David Desharnais dans son apprentissage des choses de la vie. De grands nonos tentent de l'intimider, mais réalisent que ça ne sert à rien, puisque le hockeyeur a la langue bien pendue. Il doit contrôler ses émotions, en revanche, une leçon qui sera apprise à la suite d'un incident survenu à l'école.
«Le livre permet de montrer plusieurs choses. Il y a l'impact que peuvent avoir des adultes, ce qu'on voit par l'entremise de l'entraîneur et des parents de David, qui lui prodiguent de belles leçons de vie. Les lecteurs constatent aussi que pour percer, il a dû afficher beaucoup de détermination», fait valoir Christophe Bélair.
En filigrane, un autre thème émerge du texte: le droit à la différence. Le héros se fait harceler en raison de sa petite taille, tandis que la fillette qui garde les buts de son équipe est la cible de quolibets. «On met en valeur les notions de tolérance et de persévérance, fait observer l'auteur. Comme je l'ai mentionné à David, je crois que ce livre aura un impact considérable.»