La minéralisation de vanadium s’étendrait sur plus de six kilomètres de long dans le secteur du lac Fabien, selon des relevés datant de 2015.

Un gisement de vanadium à fort potentiel au sud du Lac-Saint-Jean

Le projet d’exploitation de ferrovanadium piloté par Métaux BlackRock (MBR) fait des petits avant même d’avoir commencé ses activités. Une nouvelle société minière a annoncé mardi matin son intention d’explorer un gisement de vanadium à « fort potentiel » commercial situé à 85 km au sud du Lac-Saint-Jean.

Tarku Resources Ltd veut se porter acquéreur de terres à forte teneur en ferrovanadium au lac Fabien, un secteur situé entre les municipalités de Lac-Bouchette au Lac-Saint-Jean et de La Tuque en Mauricie.

Une lettre d’intention qui doit être signée au plus tard le 28 février prochain officialisera le projet d’exploration qui devrait se mettre en branle dès l’été 2019 et s’échelonner sur une période maximale de quatre ans. La société cotée à la bourse de Toronto (TSX : TKU) se spécialise dans la prospection et la revente de projets miniers à de plus gros joueurs.

« Notre travail est de chercher les meilleures occasions d’affaires et de démontrer leur potentiel économique. Si c’est le cas, on en fait la démonstration et on essaie ensuite de le revendre à des sociétés qui sont déjà dans le domaine. On va couvrir le plus de superficies possible et ramasser le plus d’échantillons possible. Ensuite, des tests métallurgiques seront menés. Si après le premier été on n’est pas encouragés, on va y réfléchir à deux fois, mais si on va de l’avant avec ce projet, c’est qu’on croit qu’il y a un potentiel économique », explique en entrevue au Quotidien le président et chef de la direction de Tarku, Julien Davy.

Une belle occasion

L’entreprise, spécialisée jusqu’ici dans la prospection aurifère, confirme que le projet de Métaux BlackRock y est pour beaucoup dans le choix de miser sur le site du lac Fabien et de se tourner vers le vanadium plutôt que vers l’or.

Le projet d’exploitation de ferrovanadium au lac Fabien (point rouge sur la photo) est situé à environ 85 kilomètres au sud du Lac-Saint-Jean.

« Le potentiel est géologique, mais aussi géographique. Quand on a cherché un site d’exploitation de vanadium [au cours des derniers mois], on a trouvé qu’il y avait une belle occasion d’affaires pour cette substance. En tant que générateur de projets, on a choisi le lac Fabien parce que le site est accessible par la route et coûte donc moins cher au niveau du transport. De plus, le chemin de fer [qui relie Trois-Rivières au Lac-Saint-Jean jusqu’aux installations de Port Saguenay] se trouve à deux, trois kilomètres du projet. L’usine [de BlackRock] qui va être construite [à Port Saguenay] est une usine qui va avoir faim. Ils vont constamment tenter de trouver de nouveaux projets pour alimenter leur usine », mentionne M. Davy en parlant du mégaprojet évalué à un milliard de dollars qui semble plus que jamais sur le point de se concrétiser.

Rappelons qu’à la fin 2018, MBR avait aussi confirmé qu’elle utiliserait le transport ferroviaire pour amener le minerai de sa mine de Chibougamau jusqu’à son usine de transformation au port de Grande-Anse, à Saguenay.

Discussions en cours

Bien que le projet de prospection de Tarku demeure un pari spéculatif pour l’instant, le président de la société confirme que des discussions informelles ont déjà eu lieu avec Métaux BlackRock, mais aussi avec VanadiumCorp (TSX : VRB), qui possède des droits d’exploitation sur des terrains adjacents à ceux de MBR au lac Doré, près de Chibougamau.

« Ils savent ce qu’on fait [au lac Fabien]. Mon travail est de me préparer à avoir un partenaire dans le futur. [BlackRock et VanadiumCorp] ne peuvent pas toujours tester tous les gisements de vanadium. Leur priorité est de voir quel projet peut avoir le feu vert et d’aller de l’avant, comme dans le cas au lac Doré », précise Julien Davy.

Notons que le vanadium est un minerai utilisé comme alliage pour renforcer l’acier et le titane et comme catalyseur chimique. Un récent levé magnétique réalisé par le gouvernement du Québec en 2015 démontrerait, selon Tarku, que l’anomalie magnétique associée à la minéralisation de vanadium s’étendrait sur plus de six kilomètres de long dans le secteur du lac Fabien.

Métaux BlackRock n’a pas donné suite à une demande d’entrevue du Quotidien envoyée par courriel mardi.