Un ex-policier de Saguenay accusé de harcèlement

Un policier de Saguenay à la retraite, Gilles Gauthier, a été arrêté et accusé de harcèlement criminel à l’endroit de son ex-conjointe.

L’homme de 59 ans a été mis en arrestation par ses anciens collègues de la Sécurité publique de Saguenay (SPS), jeudi soir, à la suite d’une chicane. Les détails de l’accusation de harcèlement n’ont pas encore été dévoilés. Une preuve partielle a été remise à son avocat, Me Luc Tourangeau. La balance de cette preuve devrait être remise au cours de la prochaine semaine par Me Michael Bourget, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Gilles Gauthier a été policier et patrouilleur durant près de 30 ans sur le territoire de Chicoutimi et de Saguenay. Il a pris officiellement sa retraite il y a trois ou quatre ans.
Sans antécédent judiciaire et sans aucun faux pas durant toute sa carrière de policier, Gauthier a pu recouvrer sa liberté après avoir passé la nuit dans les cellules du Quartier général de la SPS, là où il a oeuvré.

Il est libre, mais Gilles Gauthier doit se soumettre à plusieurs conditions de remise en liberté. Il lui est notamment interdit d’être en contact avec son ex-conjointe et quelques autres personnes pour la durée des procédures judiciaires.

L’ancien policier a dû faire un dépôt de 500 $, devra garder la paix et avoir une bonne conduite, ne peut se trouver à moins de 500 mètres de la résidence de la plaignante et d’autres personnes, ne peut se rendre dans le quartier des Oiseaux de Chicoutimi et devra respecter un couvre-feu entre 20h00 et 7h00, ce qui ne fait pas son affaire.
« 20h00, c’est tôt. J’ai trois enfants », a même lancé Gauthier en direction du juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec et du procureur de la Couronne.

Malgré la protestation, cette condition n’a pas été modifiée. L’ancien agent devra la respecter sinon, il pourrait faire face à un bris de condition.

« De plus, nous allons demander conjointement (couronne et défense) une évaluation sur la responsabilité criminelle de l’accusé au moment des événements », ont laissé voir Me Bourget et Me Tourangeau.

Toutes les armes appartenant à Gilles Gauthier et se trouvant à sa résidence de la rue du Canal, à Chicoutimi, ont été saisies immédiatement après son arrestation.
L’homme de 59 ans devrait revenir au tribunal d’ici un mois, soit après que les résultats de son examen sur la responsabilité criminelle soient dévoilés.