Un débat sans la CAQ ni le PLQ

Des étudiants du Cégep de Saint-Félicien ont organisé un débat pour en connaître davantage sur les programmes des candidats de la circonscription Roberval. Quatre candidats ont relevé le défi, mais Philippe Couillard (PLQ) et Denise Trudel (CAQ) n’étaient pas présents.

« On se doutait que Philippe Couillard ne serait pas disponible pour le débat et le Parti libéral nous a informés que personne n’était autorisé à le représenter, a mentionné d’emblée Félix Valiquette, l’organisateur du débat. Du côté de la CAQ, Denise Trudel a dit qu’elle avait un conflit d’horaire et qu’elle s’appuyait complètement sur François Legault pour la représenter. »

Malgré ces absences remarquées, les candidats du Parti québécois, de Québec solidaire, de Citoyens au pouvoir du Québec et du Parti conservateur étaient présents lors de l’événement, pour parler d’environnement, d’éducation, de santé et d’économie, devant une centaine d’étudiants.

Le candidat du Parti québécois, Thomas Gaudreault, a notamment mis en valeur la proposition d’électrifier 100% des transports d’ici 2035 et de doter les régions de bornes de recharges rapides pour faciliter cette transition. Tout comme Québec solidaire, son parti propose de faire passer le salaire minimum à 15 $ de l’heure, mais cette augmentation se ferait graduellement.

Luc-Antoine Cauchon, de Québec solidaire, a pour sa part mis l’emphase sur l’importance de s’attaquer aux défis environnementaux pour lutter contre les changements climatiques avec un budget de 12 milliards de dollars tirés du Fonds des générations pour payer le déficit carbone. Selon ce dernier, la transition écologique permettra également une transition économique, en misant notamment sur le développement de la filière de la biomasse et des biocarburants pour mettre en valeur le bois dans les régions ressources.

Le candidat du Parti conservateur du Québec, Carl Lamontagne, a mis de l’avant l’idée de baisser les taxes et les impôts des citoyens, en abolissant notamment le premier palier d’impôt de 15 000 à 20 000 $. Son parti compte aussi éliminer plusieurs taxes.

Julie Boucher, la représentante du parti Citoyens au pouvoir du Québec, a souligné que son parti ne faisait aucune promesse. « Nous voulons redonner le pouvoir au peuple, en créant une assemblée constituante, basée sur le modèle suisse de démocratie directe », a-t-elle dit.