C’est à cet endroit, sur la rue des Roitelets, que le cycliste a chuté en voulant descendre du trottoir.

Un cycliste de 56 ans lutte pour sa vie

Un cycliste lutte pour sa vie à la suite d’une mauvaise chute survenue à Chicoutimi, mardi soir.

L’homme de 56 ans aurait chuté à vélo à l’angle des rues des Roitelets et Alphonse-Desjardins, à 20 h 37, soit après le coucher du soleil.

« Il y a des travaux dans le secteur. L’homme circulait sur le trottoir et aurait plongé au moment où il aurait voulu en descendre », raconte Bruno Cormier, porte-parole du Service de police de Saguenay.

À l’arrivée des secours, une passante pratiquait des manœuvres de réanimation sur la victime. Les services d’urgence ont pris le relais.

Mario Bergeron a été témoin du tragique accident, qui s’est produit à quelques pas de sa résidence.

L’homme a été transporté au centre hospitalier de Chicoutimi, où on craignait toujours pour sa vie mercredi matin.

Mario Bergeron, un résidant du secteur, a assisté à la scène. L’accident s’est produit sous ses yeux, alors qu’il se trouvait à quelques mètres de la victime.

« Le cycliste ne roulait pas vite. Il pédalait tranquillement. Il a voulu descendre du trottoir et sa roue a calé dans la terre. Quand on regarde, ça semble dur, mais c’est très mou. Sa roue s’est enfoncée de quatre pouces environ. Il a été projeté dans les airs et a atterri sur la tête », raconte le témoin.

Il s’est rapidement approché de l’homme qui tenait des propos confus. Mario Bergeron a fait arrêter une voiture. Puis, une fois que d’autres personnes étaient près de la victime, il s’est dirigé vers sa résidence située à quelques pas de là pour contacter les secours.

Mario Bergeron a lui-même installé des rubans fluorescents devant sa résidence afin d’éviter que des piétons ou des cyclistes tombent dans un trou.

Il est aussi allé chercher une voisine qui travaille en milieu hospitalier. C’est elle qui a pratiqué les manœuvres la première.

Zone dangereuse

M. Bergeron estime qu’il devrait être indiqué clairement qu’il est dangereux de circuler dans la zone de travaux. Plusieurs cyclistes, piétons et automobilistes s’aventurent sur le chantier de la rue des Roitelets puisque le secteur est ouvert à la circulation locale.

« Il y a des pancartes, mais les gens passent quand même. C’est dangereux. Il y a plein de pièges. Il devrait être clairement indiqué que c’est dangereux. »

Quelques minutes avant l’accident, Mario Bergeron posait lui-même des rubans fluorescents devant son entrée afin de signaler un danger aux éventuels piétons et cyclistes.

Mario Bergeron a lui-même installé des rubans fluorescents devant sa résidence afin d’éviter que des piétons où des cyclistes tombent dans un trou.

« Le trottoir a été enlevé et il y avait des piquets et des broches autour. Vers 20 h, avec la noirceur, je me suis dit que les gens ne les verraient pas. J’ai installé des rubans. C’est après avoir fini que je me suis rendu à la boîte aux lettres et que j’ai été témoin de l’accident », raconte-t-il.