Gabrielle Desrosiers et Andréanne R. Gagné, coordonnatrices de l’AGIR, travailleront à favoriser la réussite éducative des jeunes de cinq villages du Bas-Saguenay.
Gabrielle Desrosiers et Andréanne R. Gagné, coordonnatrices de l’AGIR, travailleront à favoriser la réussite éducative des jeunes de cinq villages du Bas-Saguenay.

Un coup de pouce de 80 000 $ pour AGIR

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Tout récemment fondé, l’organisme Action globale et innovante pour la réussite éducative au Bas-Saguenay (AGIR) vient de recevoir un bon coup de pouce de la Fondation Lucie et André Chagnon, qui lui accorde une aide financière de 80 000 $ pour démarrer ses activités.

L’AGIR, dont les activités ont été lancées la semaine dernière, est une table qui réunit des acteurs des milieux scolaire, municipal et communautaire, ainsi que les comités famille des municipalités de Ferland-et-Boilleau, L’Anse-Saint-Jean, Petit-Saguenay, Rivière-Éternité et Saint-Félix-d’Otis, expliquent Gabrielle Desrosiers et Andréanne R. Gagné, coordonnatrices de l’AGIR.

Ce nouvel organisme regroupe sous une même structure les groupes École-Famille-Communauté, qui, depuis deux ans, ont travaillé ensemble pour développer des initiatives autour de la réussite éducative. L’École communauté, la Table jeunesse et Prendre soin de notre monde figurent sur la liste des comités désormais sous l’AGIR.

« Des études effectuées par le Consortium régional de recherche en éducation, sous la coordination d’Élizabeth Boily, ont démontré que la réussite éducative ne se limite pas uniquement à la réussite scolaire, mais aussi à son milieu de vie en famille, dans la communauté, les sports et loisirs, tout ce qui affecte la socialisation de la petite enfance jusqu’à la fin du secondaire », explique Mme Desrosiers.

Au cours des prochaines semaines, l’AGIR entend relever quatre défis, soit l’implication des citoyens de chacune des municipalités, le développement d’innovations éducatives, l’accès à des services de proximité et l’accès à des activités de loisirs-culture, dans le but de développer des passions chez les jeunes. « Notre objectif est de favoriser le plein potentiel de développement des jeunes, de répondre à leurs besoins et de développer leur motivation et leur implication », affirme Mme Desrosiers.

C’est pourquoi les jeunes seront sollicités pour participer aux décisions qui les concernent directement. Trois comités de travail se mettront en action pour aborder ces sujets, Mme R. Gagné ne craint pas le manque d’implication des citoyens, d’autant plus qu’une soixantaine de personnes ont été à l’oeuvre au sein d’École-Famille-Communauté en dépit d’une rotation importante des bénévoles.

Au plan financier, l’AGIR peut compter sur l’appui du Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay et des municipalités touchées, au prorata du nombre d’élèves présents, sans compter l’important support de la Fondation Lucie et André Chagnon, dont la mission est de contribuer à la prévention de la pauvreté en misant sur la réussite éducative. L’argent versé permettra de maintenir la concertation du milieu.

Mme R. Gagné prévoit que l’AGIR se mettra au travail rapidement puisqu’après la création des comités, le plan d’action sera mis en branle dès janvier, avec des résultats concrets à présenter dès juin 2021.