Carl Dufour et Jean-Marc Crevier, tous deux conseillers municipaux représentant le secteur d’Arvida, demandent à Promotion Saguenay de faire une plus grande place à la cité du métal gris dans l’offre présentée aux touristes.

Un circuit touristique demandé à Arvida

Le conseiller municipal d’Arvida Carl Dufour estime que son secteur n’occupe pas la place qui lui revient dans les efforts de promotion touristique déployés par la branche de développement économique de Saguenay.

C’est pourquoi, d’ici la fin de l’année, une étude de plusieurs pages aboutira sur le bureau du directeur général de Promotion Saguenay, Denis Lemieux. L’objectif : démontrer qu’Arvida et son secteur patrimonial sont des incontournables.

Le Carré Davis a du potentiel.

Brandissant vigoureusement un dépliant concocté par Promotion Saguenay, le conseiller Dufour déplore le peu d’attraits mis en exergue pour inciter les touristes à se rendre à Jonquière. Alors que les retombées des croisières à La Baie continuent d’alimenter le débat public, l’échevin d’Arvida estime que trop peu d’efforts sont faits pour permettre aux visiteurs de découvrir les charmes de la cité du métal gris.

Outre le Carré Davis, Carl Dufour et Jean-Marc Crevier estiment qu’Arvida présente de nombreaux attraits intéressants, comme, par exemple, l’ancien hôtel Saguenay Inn, devenu le Manoir du Saguenay. C’est à cet endroit que logent les bureaux de la direction régionale de Rio Tinto.

« On devrait commencer à prioriser certaines choses au niveau du tourisme. Je pense qu’on a des faiblesses. Je vois que c’est Denis Lemieux qui est le nouveau directeur général de Promotion Saguenay et je pense qu’il a une job à faire. Ce qu’on offre à Jonquière est très, très limité. À Arvida, on a des infrastructures super importantes. Dans le pamphlet, il n’y a pas le pont d’aluminium. Il y a le Carré Davis, mais on doit passer là à peu près cinq minutes. Moi et mon collègue Jean-Marc Crevier, on pense qu’Arvida à elle seule pourrait être un véhicule très important. Il faut arrêter d’envoyer ces touristes-là aux baleines à Tadoussac, au Zoo de Saint-Félicien et un peu partout. Les contribuables ne retirent pas le maximum de ce qu’ils pourraient retirer. On pourrait être beaucoup plus généreux dans notre offre attractive », croit Carl Dufour.

Circuit touristique
Concrètement, le porte-étendard du district 5 veut que les croisiéristes puissent bénéficier d’un circuit touristique à Arvida.

« On est très forts au niveau de la nature, ici, mais quand on parle de patrimoine, on commence à avoir des faiblesses. Arvida, c’est une cité industrielle, un musée à ciel ouvert. On a un document qui est en révision. On va avoir le résultat final bientôt. Ce document-là va atterrir sur le bureau de Denis Lemieux. J’ai confiance que dans les prochaines années, on va remodeler l’offre touristique et améliorer tout ça », opine Carl Dufour. L’étude de développement économique touristique d’Arvida est dirigée par l’historienne et spécialiste en architecture urbaine Lucie K. Morisset.