L’entreprise de livraison Intelcom Express s’est installée il y a une semaine en bordure du boulevard Saint-Paul, à Chicoutimi, où elle a ouvert un nouveau centre de distribution qui assure actuellement la livraison de colis d’Amazon.
L’entreprise de livraison Intelcom Express s’est installée il y a une semaine en bordure du boulevard Saint-Paul, à Chicoutimi, où elle a ouvert un nouveau centre de distribution qui assure actuellement la livraison de colis d’Amazon.

Un centre de distribution ouvert pour Amazon à Chicoutimi

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Amazon accroît sa présence au Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’un de ses sous-traitants, Intelcom Express, s’est installé à Chicoutimi depuis la fin du mois de mars pour opérer un nouveau centre de distribution dédié principalement au géant du commerce en ligne et dont l’ouverture a été motivée par les plans d’expansion d’Amazon à travers le pays.

L’entreprise de livraison Intelcom Express s’est établie temporairement à l’angle du boulevard Saint-Paul et de la rue de la Manic, en attente de déménager prochainement dans un entrepôt de 5100 pieds carrés situé à proximité, a confirmé Guy Harvey, président de Gestion Immobilière Harvey’s, entreprise gestionnaire de Larouche & Harvey Immeubles, à qui appartiennent les bâtiments commerciaux concernés.

Selon les informations du Quotidien, quelque 400 colis d’Amazon triés à Québec, répartis sur quatre lignes de livraison régionales, sont livrés par Intelcom Express à Saguenay, dans un rayon de 50 kilomètres à partir de l’entrepôt du boulevard Saint-Paul depuis le début de la semaine dernière. Les secteurs de Jonquière, Chicoutimi, Chicoutimi-Nord et La Baie sont actuellement couverts, en attente de l’expansion des activités de livraison du centre de distribution dans la région.

Selon différents intervenants, Intelcom Express aurait devancé d’un mois l’ouverture de son centre de distribution, installé actuellement de façon temporaire dans l’ancienne succursale d’équipements industriels et de sécurité Acklands Grainger, à l’entrée du Parc industriel Henri-Girard.

Pas de lien avec la COVID-19, selon Intelcom

David Létourneau, vice-président finances pour Intelcom Express, dont le siège social est situé à Montréal, affirme que cette ouverture n’est en aucun cas liée à la crise de la COVID-19 et à l’augmentation du commerce en ligne provoquée par la fermeture de nombreux commerces et les mesures de confinement.

« L’ouverture était prévue depuis plusieurs mois au deuxième trimestre de 2020 et on s’installe un peu partout, au Québec, en Alberta, en Colombie-Britannique, au Nouveau-Brunswick, a-t-il expliqué, lors d’un entretien téléphonique. Nous sommes en expansion à travers le pays, principalement en raison de l’essor du commerce d’Amazon. »

Le centre de distribution temporaire, bien qu’il soit actuellement uniquement dédié aux colis d’Amazon, souhaite aussi offrir son réseau à d’autres entreprises, de l’extérieur ou de la région, qui font du commerce en ligne.

M. Létourneau précise qu’Intelcom Express ne dispose pas d’un contrat d’exclusivité avec Amazon, qu’aucune promesse de volumes n’est assortie à l’entente signée et que la multinationale continue de faire affaire avec différents sous-traitants qui assuraient déjà la livraison des colis dans la région, dont Postes Canada.

Amazon était à la recherche de « capacité et de rapidité » pour étendre ses activités, explique-t-il, et l’entreprise de livraison « répond visiblement à ces critères ».

Jusqu’à 80 emplois reliés dans les prochaines années

Lorsque l’activité économique et l’industrie de la construction reprendront, Intelcom Express déménagera de l’autre côté du boulevard Saint-Paul, dans un entrepôt situé sur la rue de la Rupert. L’entreprise établira son centre de distribution dans le bâtiment commercial situé à l’arrière du Centre agricole du fjord, dépositaire des équipements Mahindra.

« Aussitôt que la construction va reprendre, il faut faire quelque chose de spécial dans cette bâtisse-là, a expliqué Guy Harvey, président de Gestion Immobilière Harvey’s. Les petits camions vont entrer en dedans, par en avant, et vont sortir par en arrière. » D’ici là, des aménagements seront réalisés à l’entrepôt temporaire pour accommoder Intelcom Express.

L’entreprise a des plans d’expansion à long terme pour la région, alors qu’elle a déjà manifesté son intention auprès de Larouche et Harvey Immeubles de déménager éventuellement dans un espace encore plus grand que celui réservé.

« Amazon, lui, ça fait son affaire, car c’est à partir de ce coin-là qu’il va desservir le Saguenay-Lac-Saint-Jean », a expliqué l’homme d’affaires, en soulignant l’avantage stratégique de ce secteur commercial situé au cœur de Chicoutimi et à côté de l’autoroute 70.

Rayon de 100 kilomètres

Intelcom Express a indiqué pour sa part que le centre de distribution de la rue Rupert, une fois opérationnel, devrait desservir un rayon de 100 kilomètres dans la région et qu’une trentaine d’emplois sur place en plus d’une cinquantaine de livreurs pourraient y être reliés dans les prochaines années.

Intelcom avait d’ailleurs publié des offres d’emploi il y a environ un mois afin de recruter des chauffeurs autonomes et une nouvelle offre d’emploi a été publiée il y a quelques jours.

Interpellé par Le Quotidien, Amazon a répondu via ses relations publiques que l’entreprise explore constamment de nouveaux emplacements et qu’elle ne fournit pas d’information sur ses projets futurs.

+

UNE NOUVELLE QUI INQUIÈTE LES COMMERÇANTS DE LA RÉGION

L’essor attendu des ventes d’Amazon dans la région, via le centre de distribution d’Intelcom Express, et l’augmentation du commerce en ligne inquiètent des entrepreneurs et commerçants de la région pendant cette période de crise pendant laquelle les appels à l’achat local se multiplient.

« On est seuls à opérer notre commerce et à essayer de survivre ici et on voit débarquer Amazon », a laissé tomber un entrepreneur régional, sous le couvert de l’anonymat, qui était au fait des projets récents d’implantation d’un centre de distribution dédié principalement à ce géant du Web à Chicoutimi.

La situation inquiète également différents entrepreneurs de la région à qui Le Quotidien a parlé, alors que plusieurs ont eux-mêmes dû mettre à pied temporairement plusieurs employés en raison de la crise de la COVID-19, télétravaillent ou doivent assurer pratiquement seuls les services essentiels au sein de leur entreprise.

Ces projets d’Amazon, qui souhaite augmenter sa présence au Saguenay-Lac-Saint-Jean et dans d’autres régions du pays, surviennent dans un contexte où les élus et intervenants régionaux multiplient les appels à l’achat local pendant la crise de la COVID-19. Rappelons que Québec vient d’ailleurs de lancer le Panier bleu, un répertoire en ligne ayant pour but de dynamiser le commerce local.

Tendance mondiale

À ce sujet, Guy Harvey, président de Gestion Immobilière Harvey’s, entreprise gestionnaire de Larouche & Harvey Immeubles qui a conclu un bail avec Intelcom Express, souligne que la région n’échappe pas à une tendance mondiale et rappelle qu’Amazon livrait déjà des colis dans la région.

« De toute façon, ça marchait pareil. C’est pas quelque chose qui est inventé d’un coup sec, c’est un mode de livraison qui est changé, parce que ça arrivait par d’autres organisations, a-t-il exprimé. [...] On ne peut pas passer à côté, c’est comme ça partout dans le monde. » 

L’arrivée d’Intelcom Express, principalement pour Amazon, représente d’ailleurs une bonne nouvelle pour Gestion Immobilière Harvey’s, qui est une entreprise familiale régionale, pour qui la période de crise a également des répercussions. La société immobilière souligne également avoir à cœur l’économie régionale et l’achat local dans ses activités.