Plusieurs intervenants considèrent que les environnementalistes réclament trop de protection pour le caribou forestier.

Un caribou sauvé, 31 emplois perdus

L'Institut économique de Montréal a réalisé un documentaire sur les répercussions que pourrait engendrer la protection du caribou forestier sur l'industrie forestière de la Côte-Nord.
Le vice-président de l'organisme, Jasmin Guénette, s'est rendu à Baie-Comeau pour parler avec des travailleurs et des spécialistes de leur inquiétude liée au dépôt prochain du plan de rétablissement du caribou forestier.
Plusieurs intervenants considèrent que les environnementalistes réclament trop de protection. «Pour moi, ils vont demander la protection de la tordeuse d'épinette», illustre avec ironie dans la vidéo de 10 minutes un travailleur forestier.
«Puisque les scieries, les papetières et autres usines de transformation s'approvisionnent dans la forêt québécoise, une réduction draconienne de la récolte forestière affecterait l'ensemble du secteur forestier. C'est toute l'économie des régions et des centaines de familles qui en payeraient le prix», avance Jasmin Guénette.
Selon l'IEDM, les nouvelles restrictions sur l'exploitation forestière se traduiraient par 3000 emplois perdus et 367 millions$ de moins en retombées économiques. «Chaque caribou potentiellement sauvegardé au Québec impliquerait la perte de 31 emplois et de 3,8 millions$ d'activité économique», avance-t-on.
L'institut tenait donc à donner une voix à ces personnes sans donner la parole aux groupes environnementaux ou scientifiques. La vidéo est disponible en cliquant ici.