Il y a trois carcajous au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

Un carcajou en liberté

Un carcajou s’est évadé de son enclos du Zoo sauvage de Saint-Félicien, il y a plusieurs semaines. L’organisation fait maintenant appel à la population pour l’aider à le retrouver.

L’animal venait d’être transféré dans un nouvel habitat, qui était loin des visiteurs. Cet enclos avait été construit pour être un coin tranquille, qui favoriserait l’accouplement des animaux. Il y avait donc deux carcajous dans la nouvelle structure, et seulement l’un d’entre eux a trouvé la faille dans la construction. « Les animaux, ils ont le temps de chercher ces petits trous-là », a lancé Christine Gagnon, directrice de la conservation et de l’éducation.

« Nous nous sommes rendu compte rapidement qu’il s’était enfui, et nous avons aussitôt mis des trappes pour tenter de le capturer. Pour l’attirer, nous avons placé de la nourriture fraîche, continuellement, comme appâts à l’intérieur. On espère qu’il revienne ici, sa maison », a expliqué la directrice.

Au début des recherches, au mois de mai, le Zoo avait reçu quelques confirmations de personnes qui l’avaient aperçu. Mais ça commence à faire un certain temps que quelqu’un s’est manifesté. L’animal peut marcher des dizaines de kilomètres par jour et pourrait ainsi se trouver loin de l’attraction touristique.

« On pense que c’est fortement probable qu’il soit réfugié dans la forêt, loin du zoo », a laissé tomber la directrice.

Christine Gagnon tient à rappeler que l’animal ne représente pas un danger à la population. « La protection de la faune est au courant de la situation. Il est important de savoir qu’il est habitué aux humains, mais cela ne veut pas dire qu’il est apprivoisé. Il n’est pas du genre à attaquer. Il préférera s’en aller s’il voit des gens », a ajouté la directrice.

Il est difficile de bien l’identifier, puisque l’animal ressemble à plusieurs autres mammifères. Il est souvent confondu avec un pécan, une espèce de martre répandue en Amérique du Nord.

C’est pour cette raison que la directrice de la conservation tient à ce que les témoins le prennent en photo, s’ils croient apercevoir le disparu.

Le Zoo demande à la population de le contacter avec la date et l’endroit précis, pour l’aider à retrouver l’animal.