Lors de la Seconde Guerre mondiale, des canons Bofors avaient été installés au parc Moritz.
Lors de la Seconde Guerre mondiale, des canons Bofors avaient été installés au parc Moritz.

Un canon de guerre à contempler à Arvida

Emilie Gagnon
Le Quotidien
Les passants pourront bientôt admirer un monument historique au coin du boulevard Mellon et de la rue Edison, à Arvida. Un canon, accompagné de sa plaque commémorative, sera placé à la vue de tous afin de rappeler « à jamais » l’effort de guerre d’Arvida lors de la Seconde Guerre mondiale.

L’endroit a été choisi de façon très stratégique, selon le président de la Légion royale canadienne Filiale 209 d’Arvida, Steeve Brown. « Il a été choisi parce que ça fait un pont entre le Centre historique d’Arvida, qui parle de l’histoire d’Arvida, et le lieu de commémoration que nous avons déjà dans le Carré Davis. Il y a beaucoup d’histoires militaires qui sont rattachées à cet endroit », lance M. Brown, en pointant les lieux.

À l’époque, des canons Bofors avaient été installés, entre autres, au parc Moritz.

Pour M. Brown, se souvenir, c’est aussi éduquer les gens sur le passé, afin de se rappeler de notre histoire. « Je pense que c’est dans la continuité de ce que nous avons commencé, Carl [Dufour, conseiller municipal] et moi, depuis mes quatre années en poste, fait valoir Steeve Brown. Pour se souvenir, ça prend des actions. Et ça, c’est une action. »

Le conseiller Carl Dufour, le président de la Légion royale canadienne Filiale 209 d’Arvida, Steeve Brown, et le conseiller Jean-Marc Crevier posent devant la nouvelle place commémorative du monument historique.

Pour sa part, le conseiller municipal Carl Dufour se dit très fier d’accueillir le monument dans son district. « C’est encore du cachet pour Arvida, encore quelque chose qui marque un grand épisode de notre histoire. Je pense que c’est important de se souvenir de ces gens-là, qui se sont battus pour nous, pour la liberté et pour la démocratie. »

L’élu municipal confirme qu’Arvida entretient un lien très particulier avec la Légion royale canadienne. « Durant la Deuxième Guerre mondiale, 90 % de l’aluminium pour la fabrication des avions avait été fourni par Arvida », rappelle-t-il.

Le canon était déjà exposé à Arvida, dans un autre district, mais peu de gens avaient l’opportunité de le contempler. « Il était à la vue des travailleurs de Rio Tinto et des gens de la construction. Maintenant, il sera vu par plus de gens. Ici, il aura une plus belle visibilité », soulève l’élu de cet autre district, Jean-Marc Crevier.

La Ville avait d’ailleurs déboursé un montant 25 000 $ pour l’achat du canon.

L’inauguration de la nouvelle place commémorative et du monument historique se fera en présence de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, le 2 septembre.