Un camping de 300 places projeté à Chute-aux-Galets

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Le propriétaire du Zoo de Falardeau, Daniel Gagnon, projette la construction d’un camping de plus de 300 places aux abords de la Chute-aux-Galets, à Saint-David-de-Falardeau. Jusqu’à maintenant, le conseil municipal n’a pas adopté de résolution à ce sujet, mais des discussions privées ont eu lieu avec le promoteur, qui serait en attente des certificats d’autorisation gouvernementale avant de commencer les travaux sur le site.

Depuis près de 25 ans, la municipalité de Saint-David-de-Falardeau, située au nord de Saguenay, cherche à développer un site de camping dans le secteur de Chute-aux-Galets, mais tous les projets sont tombés à l’eau jusqu’à maintenant, explique la mairesse Catherine Morissette. « M. Gagnon nous a approchés comme étant un promoteur intéressé à développer un camping, dit-elle. Il n’y a pas d’engagement formel, mais pourquoi se priverait-on d’un promoteur qui peut attirer plein de monde avec un zoo et qui a le moyen de ses ambitions. »

Alors que la municipalité détenait déjà une partie des terres adjacentes à la chute aux Galets, elle a récemment fait une demande à la MRC du Fjord-du-Saguenay pour agrandir le terrain municipal à une surface de 342 686 mètres carrés. Selon la mairesse, cet ajout était nécessaire pour avoir un site suffisamment grand pour qu’il soit rentable pour un promoteur.

Jusqu’à maintenant, le conseil municipal n’a eu que des discussions privées avec le promoteur, qui a refusé notre demande d’entrevue. Selon Catherine Morissette, le site accueillerait plus de 300 places de camping, pour des véhicules récréatifs, des prêt-à-camper et du camping sauvage. Des emplacements seraient réservés pour les saisonniers et d’autres pour les visiteurs temporaires. Un restaurant et des activités seraient également développés sur le site. « Ça va être un vrai gros camping », avance la mairesse.

C’est sur ce même terrain que se trouvait une partie du village de Chute-aux-Galets, qui a fermé en 1962. La nature a aujourd’hui repris ses droits et on ne trouve presque aucun signe du village aujourd’hui, mis à part un ancien chemin et quelques ruines.

La mairesse souligne que la pandémie de COVID-19 a ralenti la progression du projet. En ce moment, le promoteur serait en attente des certificats d’autorisation du gouvernement.

Les termes du contrat de location des terres municipales n’ont pas encore été négociés, ajoute Catherine Morissette. Daniel Gagnon serait en attente des résultats de l’enquête de la Sûreté du Québec et du ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs, à la suite de plaintes de maltraitance animale contre le Zoo de Falardeau. « On a confiance en M. Gagnon, remarque la mairesse, qui a hâte de connaître les résultats de l’enquête. Jusqu’à maintenant, il n’a pas été condamné pour rien. »

Lorsque le promoteur obtiendra toutes les autorisations nécessaires, les premiers aménagements pourront être faits, ajoute cette dernière.

La mairesse souligne qu’une présentation détaillée du projet a été faite au conseil municipal, mais qu’il est préférable de garder ces discussions privées pour ne pas faire dérailler le projet. « Pourquoi irait-on chercher des promoteurs ailleurs, en lançant un appel d’offres, quand on a un promoteur chez nous qui a déjà un bon projet ? », demande-t-elle.

Catherine Morissette souligne que la clientèle du camping permettra d’augmenter l’achalandage dans les commerces locaux, au Zoo de Falardeau, à la Distillerie du Fjord et pour les activités spéciales comme le ciné-parc.

Étant donné que le Zoo de Falardeau est situé sur une terre agricole, le promoteur ne peut pas développer un camping sur le site ni toute autre infrastructure, comme des jeux d’eau ou un restaurant.