Sur la photo du haut, Yanick Ouellet montre un exemple de robot que pourraient programmer les jeunes qui s’inscriront au camp de jour du Cégep de Chicoutimi.

Un camp de jour en robotique sera offert au Cégep de Chicoutimi

Le Cégep de Chicoutimi offrira une nouveauté cet été, soit un camp de jour d’une semaine en robotique.

« On prépare un camp d’été pour les jeunes de 12 à 15 ans dans la semaine du 5 au 9 août ici au Cégep de Chicoutimi », commence par expliquer Josée Dallaire, directrice générale du Centre de géomatique du Québec, un des partenaires du projet.

Les ateliers seront donnés par Yanick Ouellet, le responsable du Club de robotique Asimov.

Il y a 20 places disponibles et les inscriptions se feront à l’adresse www.camp-techno.com. Cette plateforme est gérée par l’organisme Prompt qui organise déjà des camps à Montréal, Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières et Gatineau. Saguenay est donc une nouveauté cette année. Ils offriront le support au Cégep de Chicoutimi pour se préparer à gérer les jeunes durant leur semaine. Mais Yanick Ouellet n’est pas vraiment inquiet. « Je rencontre déjà des jeunes du Séminaire de Chicoutimi deux fois par semaine qui ont justement entre 12 et 15 ans. J’ai autour de 14 jeunes », a-t-il précisé.

Les journées seront divisées en deux, alors que le matin les jeunes pourront programmer un robot en équipes de deux. Le produit fini pourrait ressembler aux petits robots qui arpentent les planètes du système solaire. Ils comporteront quelques senseurs qu’il sera possible de programmer, tout comme leurs déplacements. Les jeunes utiliseront une carte Arduino comme cerveau de leur robot. « Arduino, c’est un système “open source”. On peut faire une panoplie de choses avec ça. Ça se branche en USB sur un ordinateur », a expliqué M. Ouellet.

L’après-midi, ce sera le tour des collaborations avec les partenaires que sont Ubisoft, Strateolab, Mapgears et le Centre de démonstration scientifique. Il s’agira fort probablement de visites de leurs locaux. Ainsi, les jeux vidéo, la réalité augmentée et le positionnement devraient faire partie des activités.

« Le vendredi, ils vont faire une démonstration devant leurs parents », a indiqué Josée Dallaire.

Le coût sera de 200 $ pour la semaine et les journées iront de 8 h à 16 h 30.

+

UNE VIDÉO VUE 350 000 FOIS SUR LES MÉDIAS SOCIAUX

Une vidéo placée sur Instagram par le Club Asimov, où on voit de petites balles de styromousse flotter par magie grâce à des ultrasons, a été vue près de 350 000 fois jusqu’à maintenant.

« C’est une machine à lévitation par ultrasons. Il y a 36 capteurs d’ultrasons en bas et 36 en haut. Dans le fond, ils vont produire des ultrasons de 40 kilohertz et les particules se retrouvent prises entre chaque couche. Si on pouvait mettre un voile de fumée, on pourrait voir les petites couches. Dans le fond, chaque bille est prise en sandwich entre chacune des couches. Donc, on peut vraiment prendre une petite particule et la mettre à une place plus haute ou plus basse », a expliqué au Quotidien Yanick Ouellet.

La vidéo avait été originalement publiée le 14 mars sur le compte Instagram du club, à l’adresse clubasimov. Elle a été reprise par le compte makers_moment quelques jours plus tard. Depuis, elle a été vue pas moins de 348 890 fois. 

L’appareil a été réalisé par les membres du club, des étudiants au Cégep. Mais des jeunes du Séminaire du Chicoutimi ont aussi participé. « Je leur ai fait faire de la soudure », s’est vanté Yanick Ouellet, qui accueille aussi ces jeunes dans le cadre d’une activité parascolaire.

« On aime bien montrer ce qu’on fait au reste du monde. Avec notre Facebook, c’est vu par du monde de partout dans le monde. On veut montrer que c’est cool la robotique. On ne fabrique pas juste des robots », a-t-il poursuivi.