Un budget participatif à Petit-Saguenay

Petit-Saguenay se dote d’un budget participatif. La municipalité devient ainsi la première de moins de 1000 habitants à fonctionner de cette façon. Quelques dizaines de citoyens se sont présentés à l’hôtel de ville de Petit-Saguenay plus tôt cette semaine afin de prendre part à l’assemblée d’information sur le budget participatif. Tous ont été invités à présenter des projets d’intérêt public en vue d’une assemblée citoyenne prévue le 12 avril à 19 h, au Centre des loisirs de Petit-Saguenay.

Le budget participatif vise à démocratiser la planification budgétaire d’une municipalité. Il permet aux citoyens de proposer des projets et de choisir ceux qui seront réalisés.

Le budget participatif de Petit-Saguenay dispose d’une enveloppe de 25 000 $. Un montant de 5000 $ est réservé aux projets jeunesse. 

« J’avais pris un engagement très fort lors des dernières élections sur la participation citoyenne et je suis très fier de voir l’intérêt de la population de Petit-Saguenay pour cet exercice de démocratie participative. Cela témoigne de l’engagement et de la grande ouverture d’esprit des gens de Petit-Saguenay », affirme le maire Philôme La France.

Ce dernier estime que Petit-Saguenay est la première municipalité de la région à se doter d’un budget participatif. 

« À l’exception du district du conseiller Simon-Olivier Côté à la Ville de Saguenay, il n’y a à ma connaissance aucune autre initiative du même type dans la région. Bien qu’on retrouve d’autres expériences similaires ailleurs au Québec, notamment du côté de Rimouski ou de Saint-Basile-le-Grand, il semble également que nous soyons la première municipalité de moins de 1000 habitants à mettre en œuvre un tel mécanisme de démocratie participative. »

Philôme La France assure qu’il est fondamental d’associer les citoyens à l’exercice du pouvoir municipal. 

« Ce budget participatif n’est qu’une première étape dans la démocratisation de notre municipalité. Il est très important pour moi que nous nous appuyions sur l’intelligence de nos concitoyens pour éclairer les décisions du conseil municipal et c’est pourquoi nous travaillons sur une politique de consultation citoyenne qui devrait démocratiser encore davantage nos mécanismes de prise de décision. »