Rodrigue Bouchard, Lise Rosa, Pierre Bouchard et Carl Bouchard ont lancé un fromage spécial pour les Fêtes du 150e de Saint-Félicien.

Un brick vieilli pour le 150e

Après une bière, les Fêtes du 150e de Saint-Félicien ont leur fromage; le Saint-Félicien réserve 150e, un brick vieilli huit mois.
La Fromagerie des chutes de Saint-Félicien a voulu contribuer aux célébrations en rendant disponible cette version vieillie du Saint-Félicien. « On a fait des tests de maturation et on s'est rendu compte qu'il vieillissait bien en prenant plus de goût et en étant plus fondant en bouche. Nous avons décidé de le mettre en marché », a indiqué un des propriétaires, Pierre Bouchard, lors du lancement de ce fromage.
L'entreprise a ensaché 1600 blocs de 150 grammes qui seront distribués dans plusieurs points de vente dans la région. Si la demande est bonne, l'entreprise pourrait en écouler 1000 morceaux supplémentaires. Selon les propriétaires, le Saint-Félicien est déjà très populaire, notamment auprès des gens qui sont intolérants au lactose. « La façon de fabriquer le brick permet d'enlever le lactose. De plus, comme nos vaches ne sont nourries qu'au fourrage, le lait à une grande qualité et contient beaucoup d'Oméga 3 », a-t-il indiqué.
Le maire Gilles Potvin a tenu à souligner la passion de cette famille pour une agriculture à échelle humaine. Il a apprécié cette délicatesse et le clin d'oeil fait à l'histoire. En effet, sur l'étiquette, on retrouve une photo du pont Taillon. Il s'agit d'un pont couvert qui traversait la rivière Ashuapmushuan à la hauteur des Chutes-à-Michel. Il a été construit en 1895 et détruit par un incendie en 1908.
La Fromagerie des chutes a marqué l'histoire de Saint-Félicien. Les descendants de la famille Bouchard ont implanté une ferme sur le bord de l'Ashuapmushan en 1907. La tradition se poursuit depuis quatre générations. Au cours des années. Les frères Rodrigue, Pierre et Gérard ont fait l'acquisition de huit fermes et terres pour accroitre leur production. Carl et Florent Tremblay assurent la relève depuis 2008.
C'est au milieu des années 80 qu'ils se tournent vers le biologique pour fonder en 1993 la fromagerie. « Nous étions la première fromagerie artisanale dans la région, à l'époque, et une des seules bios au Québec », a rappelé Pierre Girard. L'entreprise compte huit employés et transforme 300 000 litres de lait.