Un affaissement de terrain a rendu inutilisables à la fois la voie ferrée du CN et la Véloroute des Bleuets.

Un bord de route s’affaisse à Chambord

Les fortes pluies tombées dans la nuit de mercredi à jeudi, au Lac-Saint-Jean, ont causé un glissement de terrain aux abords de la route 169, près de la municipalité de Chambord. Résultat : la voie ferrée du Canadien National (CN) était inutilisable ; la Véloroute des Bleuets, hors d’usage.

Le glissement de terrain, survenu au cours de la nuit de mercredi à jeudi, a mis hors service la voie ferrée du CN. « La voie ferrée est affectée, et la situation pousse le CN à fermer ce tronçon jusqu’à nouvel ordre », a indiqué Jonathan Abecassis, porte-parole du CN. Des équipes se sont déplacées afin de procéder à des évaluations. Il n’a pas été possible de savoir si la situation avait été rétablie, jeudi soir.

Une déviation temporaire de la Véloroute avait été mise en place, jeudi matin, car des débris jonchaient la piste cyclable.

VIA Rail, qui utilise ce segment pour ses trajets, a mis en place un service de navette par autobus. Toutes les gares situées dans le haut du Lac-Saint-Jean, outre celles situées en forêt, ont été desservies par cette navette, engendrant d’importants retards.

« Des 38 voyageurs prévus, à bord, 29 seront accommodés par autobus. Neuf d’entre eux ont dû annuler leur déplacement », a confirmé Mylène Bélanger, relationniste chez VIA Rail Canada, en matinée.

Un tronçon de la Véloroute des Bleuets a lui aussi été affecté, jonché de débris provenant de l’affaissement de terrain. Joint par Le Quotidien, en fin de soirée, jeudi, le directeur général, David Lecointre, a précisé la situation devrait revenir à la normale au plus tard vendredi midi. Des mesures de contournement, notamment une déviation temporaire, sur l’accotement de la route 169, ont été mises en place.

« Je suis vraiment content de voir à quel point tout le monde s’est mis à travailler rapidement pour régler le problème », avait affirmé, en matinée, le responsable de la Véloroute. La circulation automobile n’a pas été affectée. Avec Andréane Vallée et Julien Renaud

+

Normandin, particulièrement touchée

Plus de 95 millilitres de pluie sont tombés sur la tête des Normandinois dans les deux derniers jours, selon un résidant de la municipalité, Serge Lebeuf, qui a partagé une photo d’une éprouvette sur Facebook.

« On n’a pas eu beaucoup de pluie depuis le début de l’été... Aujourd’hui, on se rattrape! », a-t-il écrit sur sa page personnelle. 

Selon les données d’Environnement Canada, 68 millimètres de pluie étaient tombés entre 8 h mercredi matin et 8 h jeudi matin. 

La pluie a continué jeudi pendant la majeure partie de la journée. 

Selon le rapport émis par l’agence gouvernementale, un système dépressionnaire, qui s’est déplacé dans un étroit corridor s’étendant du Pontiac au Lac-Saint-Jean, est en cause. Andréane Vallée

+

Le Golf Lac-Saint-Jean touché

La pluie qui s’est abattue au Lac-Saint-Jean, entre mercredi soir et jeudi matin, a causé des dégâts au Golf Lac-Saint-Jean, de Saint-Gédéon, forçant la fermeture complète du parcours, jeudi. Tout sera rentré dans l’ordre vendredi, à temps pour accueillir les golfeurs.

Quelques lacs ont débordé, de sorte que l’eau a inondé certaines portions du terrain. 

Joint en milieu d’après-midi, le surintendant du club, Jean-François Boily, a fait savoir que l’eau avait déjà commencé à être absorbée.

« Il y a eu une grosse quantité d’eau. Et puisque la terre est asséchée, en raison des faibles précipitations cet été, ç’a pris un certain temps avant que l’eau soit absorbée, a expliqué M. Boily. C’était impensable d’envoyer les joueurs sur le terrain. Ça n’aurait pas été agréable pour eux, et ça aurait endommagé le gazon. C’est pas mal revenu à la normale. Demain matin (vendredi), on va être ouvert.»

Quelques fosses de sable devront être retravaillées, mais rien de dramatique, a assuré le surintendant.

La fermeture temporaire de jeudi est un bien mince nuage gris au-dessus de la tête du Golf Lac-Saint-Jean – ainsi que tous les autres clubs de la région – en cet été 2018. Jean-François Boily a confirmé que la présente saison était possiblement la meilleure en cinq ans. Jonathan Hudon