Devant plusieurs boîtes vides, la coordonnatrice à la Moisson d’Alma, Annie-Claude Tremblay, espère récolter des denrées non périssables.
Devant plusieurs boîtes vides, la coordonnatrice à la Moisson d’Alma, Annie-Claude Tremblay, espère récolter des denrées non périssables.

Un besoin criant de denrées à la Moisson d'Alma

Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Annie-Claude Brisson, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
Les jours à venir pourraient bien être critiques pour la clientèle de la Moisson d’Alma, dont les réserves affichent un taux dramatiquement bas. La collecte annuelle réalisée au cours des dernières semaines n’a pas permis d’obtenir les résultats escomptés, alors que les denrées obtenues sont six fois moins élevées que par le passé.

Heureusement, quelques activités prévues à Alma permettront de renflouer l’inventaire de l’organisme d’aide alimentaire à l’approche des Fêtes. Devant des réserves qui baissent à vue d’oeil, l’équipe de la Moisson d’Alma, qui répond aux besoins de 670 personnes par mois, pourrait bien être dans l’obligation, au cours des prochains jours, de réduire le nombre de denrées non périssables qui sont habituellement remises. L’achat de denrées pourrait également être une avenue nécessaire.

Coordonnatrice à la Moisson d’Alma, Annie-Claude Tremblay explique qu’habituellement, environ 1000 kilos sont amassés lors de la collecte. Cette année, à peine 161 kilos ont été récoltés lors de l’activité qui s’est tenue en novembre. « On l’a fait plus tôt qu’à l’habitude, et bien honnêtement, on a vu une grosse différence. On n’a vraiment pas eu beaucoup de denrées. On était au mois de novembre, on a senti que les gens étaient moins dans l’ambiance », souligne-t-elle.

La collecte annuelle au profit de la Moisson d’Alma a permis d’amasser 161 kilos de denrées alors que la moyenne, par le passé, s’élevait à 1000 kilos.

Le mois de novembre n’a pas été de tout repos pour les bénéficiaires de l’organisme d’aide alimentaire. La coordonnatrice à la Moisson d’Alma explique que les longs délais d’attente de l’assurance-emploi se sont fait sentir.

Les temps difficiles sont loin d’être terminés alors que la clientèle anticipe déjà les semaines à venir. « On a beaucoup de demandes ponctuelles, ces temps-ci. Les gens voient le temps des Fêtes arriver. Les familles me disent qu’elles ont peur de ne rien avoir à Noël. Elles ont peur de ne pas avoir un beau Noël », fait remarquer Mme Tremblay.

L’organisme qui remet une vingtaine de paniers de nourriture par jour espère garnir ses étagères grâce au Jogging du père Noël qui se tiendra dimanche, au Marché du père Noël de l’école secondaire Camille-Lavoie d’Alma, prévu le 19 décembre, ainsi qu’à la Coupe des dindons, une initiative des hockeyeurs de la Ligue du vendredi, qui remet chaque année une somme d’argent ainsi que des dindons.

Les bénéficiaires apprécient particulièrement les soupes, le beurre d’arachide, le café et l’huile d’olive.

La coordonnatrice de l’organisme souligne qu’à ce stade, toutes les initiatives sont les bienvenues. Elle rappelle notamment le défi entre diverses entreprises du milieu qui a eu lieu au cours des dernières années.