Un bébé pour Luc et Mélissa

Luc et Mélissa ont réellement trouvé l'amour dans le pré. Le couple le plus coloré du Saguenay-Lac-Saint-Jean attend son premier enfant.
Les tourtereaux, qui ont fait connaissance lors du tournage de la troisième saison de l'émission de téléréalité L'Amour est dans le pré ont accueilli la représentante du Quotidien à leur résidence de Normandin et sur le lieu de travail de l'agriculteur.
Bien que le début de l'histoire d'amour du couple n'ait duré que quelques semaines, aujourd'hui, Luc ne regrette pas son choix. C'est avec les yeux remplis d'amour qu'il regarde celle qui porte son enfant. L'arrivée du bébé est attendue pour le 30 décembre. 
Au début du mois de septembre 2013, le tournage de l'émission s'amorce sur la ferme almatoise où Luc travaille. Le propriétaire de 15 bêtes dispose de peu de temps pour faire la connaissance de ses prétendantes. En effet, le tournage de tous les épisodes que le public a pu regarder à V Télé n'aura duré que six jours. 
Quelques semaines plus tard, après avoir tenu le public en haleine, le choix de Luc Deschênes s'arrête finalement sur Mélissa, qui n'a jamais eu d'amoureux. «Le séjour à la ferme a été vraiment très rapide. C'est comme dans la vraie vie, mais ça se passe vraiment en mode accéléré. Les gens sont toujours ensemble alors on apprend à se connaître très vite», relate le couple.
En octobre, les amoureux s'envolent dans la vallée de la Loire, en France, pour un court périple de quatre jours. Leur voyage aura donné lieu à des moments de télé savoureux puisque l'accent de Luc fut pour le moins difficile à comprendre par les Français. 
«Les gens m'en parlent encore. On a vu des choses à la caméra, mais nous avons aussi vécu des péripéties hors caméra. Lorsque j'ai demandé à la serveuse de me donner du beurre pour graisser mes toasts, la dame se demandait de quelle langue je parlais», raconte Luc. «Pour niaiser, j'avais apporté mon chapeau de poil là-bas. Les Français me prenaient en photo. Plusieurs n'avaient jamais vu ça. On a vraiment eu du fun.»
Depuis la fin du tournage, le couple multiplie les projets. «Il s'est passé beaucoup de choses. L'année a été bien remplie. Luc a emménagé chez moi à Roberval après les Fêtes. Par la suite, nous avons déménagé à Normandin tous les deux, car Luc est en train de prendre la relève de la ferme Cario», raconte Mélissa Privé, qui bénéficie d'un retrait préventif compte tenu de son métier d'éducatrice en Centre de la petite enfance. 
Les émissions ont été diffusées quelques mois après la formation du couple. Pendant le début de leur cohabitation, ils ont dû faire preuve de discrétion, puisque le mystère devait persister quant à la conclusion de l'émission. 
«Les gens me posaient des questions pour savoir ce qui allait se passer. Je ne pouvais rien dire. Mes collègues qui travaillent avec moi avaient hâte de savoir la suite de l'histoire, mais c'était confidentiel. Luc restait chez moi, mais personne ne nous voyait ensemble. On ne sortait jamais tous les deux», témoigne Mélissa. 
En attendant la naissance du petit poupon, Luc et Mélissa profitent des moments présents. Ils se préparent aussi à prendre la relève de la ferme Cario de Normandin. «C'est le propriétaire Mario qui m'a approché puisqu'il cherchait quelqu'un pour prendre sa ferme. Ce sera un transfert sans relève apparentée. C'est peu commun, ça ne sera pas facile à faire, mais quand les deux veulent, je pense que c'est possible», poursuit le fermier dont les expressions resteront gravées dans la mémoire des téléspectateurs.
Questions en rafale
Qu'est-ce qu'il advient de Wendy, le chien rose de Mélissa?
«Il a perdu pas mal de sa couleur rose. Nous voulons essayer de le teindre en vert. C'est ma toiletteuse qui s'occupe de la teinture. Wendy est hermaphrodite (porte les organes reproducteurs des deux sexes) alors le vert lui ira bien», mentionne Mélissa. «Notre amour entre moi et le chien est assez restreint. Comme il est sourd, il jappe et ne s'entend pas alors il peut japper toute la journée», poursuit Luc. «Il n'a que deux ans. Être chanceux, il aurait 15 ans.»
Qu'est-ce qu'est devenu le cochon dénommé Bacon?
«Il est dans le congélateur. On était attaché à lui, mais c'est ça la vie à la ferme. Il est savoureux.»
Ton choix reposait entre Mélissa et Karine. 
Après coup, as-tu pris la bonne décision?
«Oui, j'ai fait le meilleur choix que je pouvais faire. Je suis bien chanceux d'avoir trouvé Mélissa. Nous sommes vraiment des âmes soeurs.»
Comment aimeriez-vous appeler votre petit bébé 
qui est en route?
«On ne sait pas encore si ce sera un garçon ou une fille, mais nous voulons le savoir. Je suis enceinte de 15 semaines et je passe mon échographie le 5 août, alors nous essaierons de connaître le sexe.»
Quand vous allez dans des endroits publics, est-ce que les gens vous reconnaissent?
«Souvent, les gens nous parlent. Ils nous connaissent, alors ils nous disent bonjour et nous arrêtent parfois pour nous poser des questions. Ça prend un peu plus de temps qu'avant pour faire l'épicerie. Les gens nous parlent très souvent des expressions de Luc.»
Vous êtes-vous embrassés à nouveau devant une fosse à purin?
«Non (rires). Mais les gens doivent savoir que de l'autre côté de la fosse à purin, il y avait un très beau paysage. L'équipe de production a dirigé la caméra vers la fosse à purin.»