La patience était de mise pour ces vacanciers qui devaient partir tôt jeudi matin en direction de Punta Cana, en République dominicaine.

Un avion de Sunwing cloué 10 heures au sol à Bagotville

Des vacanciers qui se préparaient à quitter le froid polaire du Québec à partir de Bagotville en direction de Punta Cana, en République dominicaine, ont dû prendre leur mal en patience, jeudi, lorsqu’ils ont appris que leur vol était retardé en raison d’un bris de l’avion.

Le vol 446 de la compagnie Sunwing devait partir autour de 7 h 30, jeudi matin, de La Baie vers l’aéroport Jean-Lesage de Québec pour cueillir d’autres passagers, avant de se diriger vers Punta Cana. Or, les détenteurs de billets ont appris que l’avion était cloué au sol en raison d’un bris. Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, un hublot serait en cause, mais Sunwing n’a pas rendu les appels du Quotidien pour confirmer ou infirmer l’information.

Le Boeing 737-800 de rechange a finalement quitté le tarmac de l’aéroport de Bagotville à 18 h, soit plus de 10 heures plus tard que prévu, vers Québec. L’avion quittait ensuite la Capitale-Nationale à 19 h 40, pour une arrivée prévue à l’aéroport international de Punta Cana à 0 h 51, heure locale.

Le Boeing 737-800 de Sunwing a été cloué au sol en raison d’un bris. La compagnie aérienne n’a pas retourné nos appels, mais un hublot défectueux serait en cause.

Les gens rencontrés en fin d’après-midi étaient certes déçus de voir leurs vacances au chaud débuter en retard, mais c’est surtout la façon dont ils ont été dédommagés qui les mettait en beau fusil.

Chaque client Sunwing a reçu un bon de voyage de 100 $, applicable uniquement sur un vol régulier de la compagnie. De plus, chaque personne a reçu un crédit de 20 $ pour le restaurant de l’aéroport ou le remboursement des frais de taxi pour retourner patienter à la maison.

« Ce dédommagement de 100 $ est une insulte, a déploré Charles Boudreault, l’un des passagers. Un bon de 100 $ pour une journée de vacances perdue, c’est épouvantable. C’est comme rire du monde. Sunwing nous a donné le papier en nous demandant de signer, mais c’est impossible que j’accepte ça. D’autant plus que le bon est applicable sur un vol régulier, alors que Sunwing offre toujours des vols à rabais. »

Selon M. Boudreault, l’avion servant à remplacer celui brisé, basé à Québec, était également hors service, ce qui a occasionné un délai supplémentaire.

« J’ai déjà vécu un retard de six heures avec un vol d’Air Canada à Québec et on nous avait offert deux repas, avec de l’argent Air Canada qu’on pouvait dépenser à l’aéroport ou dans l’avion, a rappelé Charles Boudreault. Cette fois, on nous offre 20 $, mais seulement si on demeure sur place. »

Francine Brassard, de Chicoutimi, était du même avis que son camarade de vol. Un dédommagement de 100 $ en bon de voyage était nettement insuffisant à ses yeux, rappelant qu’elle devait faire une croix sur une journée de vacances.

« Sunwing est toujours en retard », a laissé tomber celle qui doit revenir jeudi prochain de la République dominicaine. Lorsqu’elle sera de retour de voyage, Mme Brassard entend faire une réclamation supplémentaire à Sunwing pour être dédommagée comme il se doit. Elle est d’avis qu’une journée de vacances de moins représente plus que 100 $.

Selon la communication remise aux clients, Sunwing a précisé qu’elle se donnait le droit de rejeter certaines dates lorsque viendra le temps d’appliquer le bon.

« Ce bon de voyage peut être appliqué au paiement final d’un voyage ultérieur avec Vacances Sunwing, dont le transport aérien est fourni par Sunwing Airlines, est-il écrit. Ce bon de voyage n’est pas transférable, n’a aucune valeur en espèces, n’est pas remboursable, ne s’applique pas aux réservations de groupes, et ne peut être combiné à d’autres offres promotionnelles. Ce bon peut être combiné à un autre bon de voyage Sunwing, jusqu’à une valeur totale de 200 $ par personne, par réservation. Valide pour un an après la date de délivrance, sauf indication contraire sur le bon. »